Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 10 septembre 2017

[Terreur dans la cité] – Tu sais ce qu’on raconte... par Rochier et Casanave (Warum) ****



Dans la petite ville tranquille, la journée commence et on sent tout de suite qu’elle ne va pas être comme les autres. Pensez-donc : le môme Gabory est de retour en ville ! La nouvelle fait sensation mais on s’interroge sévère chez les autochtones : 
 

Même si la famille en question, elle est tout de même un peu bizarre...


Mais surtout, on s’inquiète chez les braves gens, et les honnêtes mères de famille ne sont pas très rassurées...


La tension monte dans les rues, et tout le monde devient nerveux. Heureusement, certains gardent la tête froide et trouvent le ton juste pour tenir les propos qui rassurent...


Mais ne vaudrait-il mieux pas lui faire comprendre une bonne fois pour toute qu’il n’est pas le bienvenu, le citoyen Gabory ? Surtout après ce qu’il a fait....

Cet album est une magnifique illustration des ravages de la rumeur. En un rien de temps, toute la population d’une petite ville se ressoude autour de la présence indésirable d’un enfant du pays. Personne ne l’a encore vu, mais chacun, du boucher à la pharmacienne, du garagiste à la coiffeuse, a son opinion sur cet impudent qui ose revenir après ce qu’il a fait à sa jeune compagne. Et d’ailleurs, que s’est-il passé exactement à l’époque ? On ne sait pas trop... Mais c’était lui le coupable, ça, c’est sûr... Alors, ce retour, on comprend qu’il passe mal.
Tout le talent de Gilles Rochier et Daniel Casanave est d’avoir fait d’un être invisible le personnage principal de leur histoire. Ils dressent de lui un portait en creux dont toutes les cases vides sont bien vite remplies par des habitant-e-s qui semblent le connaître, lui et sa famille, bien mieux que quiconque. Avec des certitudes et avis parfois contradictoires, mais peu importe : ce retour est une menace pour la ville, et les auteurs décortiquent brillamment le mécanisme de la peur et la paranoïa collectives. Et les conséquences dramatiques qui en découlent... Ils mettent également à nu la très ordinaire propension de tout un chacun à porter des jugements définitifs sur son prochain, sans aucun sens de la nuance, ou si peu... Et on ne saurait mieux dire que la punkette du cru pour résumer l’affaire : "Les gens... Tous des fils de pute".
Un belle histoire de notre beau monde, ma foi...

Tu sais ce qu’on raconte ****
Scénario Gilles Rochier et dessin Daniel Casanave
Warum, 2017 – 88 pages couleur – 15 €