Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 19 août 2018

Summer Express, part ouane  – Des albums à ne pas manquer (Futuropolis) : Dept H. - Car l’enfer est ici – Avec Edouard Luntz


J’ai lu pas mal d’albums vraiment bons ces derniers mois, sans avoir hélas eu le temps de vous en parler. Petite séance de rattrapage en, voyons, quatre (?) parties pour bien finir l’été.

Commençons par Futuropolis, dont le catalogue propose régulièrement des pépites et n’hésite jamais à prendre des risques, tout en suivant ses auteurs et séries phares.

Dept. H, de Matt Kindt (avec aux couleurs Sharlene Kindt) est directement à faire entrer dans cette catégorie. Sous-titré « Meurtre en grand profondeur », voici un récit captivant, en quatre tomes, dont les deux premiers sont déjà parus. L’histoire ? Un meurtre a été commis en pleine station sous-marine scientifique, à 11 kilomètres de la surface. Et la victime n’est autre que le concepteur de la base, Hari Hardy, un savant un peu rêveur mais à l’optimisme inébranlable. Et c’est Mia, sa fille, qui est envoyée pour essayer de comprendre ce qui s’est passé… Elle va vite se rendre compte que les sept occupants de la base – parmi lesquels figure le coupable – ne sont pas vraiment coopératifs et qu’il va lui être très difficile de faire éclater la vérité, voire tout simplement de survivre dans des abysses… Matt Kindt (dont on a vu tout le talent dans le superbe  Du sang sur les mains ) réussit à croiser plusieurs genres dans ce foisonnant comics : le récit à suspense, bien sûr, avec cette enquête en huis-clos avec ses suspects à la Agatha Christie, aux rebondissements minutés, le récit psychologique, avec ces tranches du passé de chacun qui remontent petit à petit à la surface, et le récit d’espionnage scientifique en toile de fond… Très bien mené du point de vue narratif, Dept. H est aussi une exploration graphique des haut-fonds étonnante… et flippante. Le troisième tome sort le 13 septembre, et on approche donc du dénouement de cette série originale.

C’est justement le tome final de Car l’Enfer est ici  dont le cinquième et dernier volume – intitulé  11 septembre , vient clore un récit qui aura tenu ses fans en haleine depuis… 2011, date de parution du premier album de cette suite du Pouvoir des innocents. Ce second cycle, écrit par Luc Brunschwig et dessiné par le tandem Laurent Hirn-David Nouhaud, met en lumière – si on peut dire – le personnage de Joshua Logan, soupçonné d’être le principal suspect d’un attentat ayant entraîné la mort de plus de 500 enfants et Steve Providence, le boxeur-prophète adulé des foules… Au fil des tomes, rythmé par chapitres chronologiques du 8 mai 1998 au 11 septembre 2001, c’est une assez fascinante tranche de vie américaine – et mondiale – que les auteurs invitent à lire. Un récit choral et politique, qu’il vaut d’ailleurs mieux lire d’un bloc pour en saisir toute la saveur, et qui s’achève donc par le procès de Joshua Logan, à la veille du 11 septembre 2011. Et Brunscwhig boucle de « belle » manière ce second cyle en appliquant réellement son crédo : «  ...le genre de BD que j’ai envie de faire, c'est-à-dire une BD distractive mais avec une totale implication personnelle. Le fond politique n’est pas juste là pour habiller l’histoire. J’ai vraiment essayé de capter « la marche du monde» en écrivant cette histoire, mais pas juste en m’imprégnant des théories des analystes reconnus. J’ai vraiment voulu identifier de mon point de vue les problèmes de la relation entre le pouvoir étatique et l’individu … (propos sur le site de Futuropolis).
Cet ultime tome est dessiné entièrement par Laurent Hirn, sur des décors de Annelise Sauvêtre.

Et pour finir ce petit tour du côté de chez Futuro, une vraie curiosité : Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes inquiètes. de Nadar et Julien Frey. Le bandeau promo joue bien son rôle, et intrigue avec cette accroche : « Pour Michel Bouquet, c’est un des plus grands cinéastes français. Pourtant, personne ne le connaît ». Le cinéaste en question c’est donc Edouard Luntz, et Julien Frey lui rend un bel hommage en tentant de le faire sortir de l’oubli. Lui-même avait presque oublié qu’il avait rencontré le réalisateur, et il faut qu’il retombe sur un 45t de Gainsbourg,  Les coeurs verts, musique d’un film de Luntz, pour que tout lui revienne en mémoire. A l’époque de leur rencontre, Luntz avait affirmé au jeune homme, alors étudiant en cinéma, que sa carrière avait été brisée par Daryl Zanuck, qui avait fait disparaître son film, Le Grabuge. Et bien des années après cette rencontre, Julien Frey constate qu’aucun des films de Luntz n’est visible. Il part donc à leur recherche...
On le comprendra : cet album n’est pas à ranger dans la case polars, car il s’agit plus d’une quête personnelle que d’une enquête à proprement parler. Mais elle est tout autant prenante, car elle est semée d’embûches – quel périple, par exemple, pour réussir à voir  Le Grabuge  ! - et elle plonge son lecteur au coeur de l’histoire du cinéma en général et de celle d’un auteur singulier en particulier. Une fois la dernière page tournée, l’envie est grande d’essayer de voir à son tour Le Dernier saut, les Coeurs verts, ou encore L’humeur vagabonde, ce film où Michel Bouquet interprète une vingtaine de rôles !
L’hommage est donc réussi, et Nadar, dessinateur espagnol (auteur des très bons Papiers froissés et Salud !, chez Futuro aussi) apporte grandement sa pierre à l’édifice avec son dessin souple et précis, dans un élégant noir et blanc.

Next stop : Delcourt (James Bond, Kill or be Killed, Le vendangeur de Paname)

Dept. H, tomes 1 et 2 ****
Scénario et dessin Matt Kindt, couleurs Sharlene Kindt
Traduction de Sidonie Van Den Dries.
Futuropolis, 2018 - 160 pages couleurs – 22 €

Car l’enfer est ici – Tome 5 – 11 septembre ***
Scénario Luc Brunschwig et dessin Laurent Hirn
Futuropolis , 2018 – 80 pages couleur – 17 €

Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes inquiètes ****
Scénario Julien Frey et dessin Nadar
Futuropolis, 2018 – 182 pages noir et blanc – 23 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire