Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

lundi 22 avril 2019

[Cubisme, meurtre et sac de couchage ] - L’enquête de l’Inspecteur Mc Cullehan, par Pierre Schilling (Les Requins Marteaux)

Un meurtre a été commis rue Scrameustache. Mc Cullehan, le meilleur enquêteur de la brigade est envoyé sur place par le commissaire. Il part avec Davis, le seul équipier disponible pour cette délicate affaire. Un co-équipier qui risque d’être moins efficace que l’inspecteur-star : il est coincé dans son sac de couchage dont il n’arrive pas à défaire la fermeture. Il fera les trois-quarts de l’enquête comme ça, et quand il se libère... Hum, hum
Sur place, Mc Culleham, perspicace, constate que la victime a encore l’arme du crime plantée dans le cou : une fléchette estampillée « Jivaros ». N’écoutant que son instinct, l’inspecteur oriente son enquête vers les indiens de la ville. Il n’est pas au bout de ses surprises…
 




Et nous non plus !!! De situations absurdes en dialogues surréalistes, l’enquête, si on peut appeler cela comme ça suit son cours, et l’inspecteur se laisse mener par le bout du nez de bout en bout, par les protagonistes (témoins, suspects, victimes) qui lui racontent n’importe quoi. Des jumeaux qui sont des triplés, voire plus, une triade chinoise qui se trompe de victime, des indiens qui s’appellent tous Johnsdale par commodité (celui qu’interroge Mc Cullehan était dans une autre vie Tourteau Timide…) des suspects qui donnent dans la critique d’art contemporain, le portrait du coupable donné à l’inspecteur pour l’aider, dans une version cubiste mais néanmoins très reconnaissable (par un témoin…). N’en jetez plus ! Cela s’appelle tordre vraiment les clichés du genre, pour dire que parfois on se fout un peu du lecteur, peut-être ? Là, pas du tout, c'est plutôt les auteurs de polars paresseux qui pourraient se sentir visés. Et c’est excellent ! Le tout dans un bel album à l’italienne, au style graphique alerte, et aux couleurs chatoyantes, un plaisir pour les yeux ! Inimitable !





L’enquête de l’Inspecteur Mc Cullehan ***


Texte et dessin Pierre Schilling


Les Requins Marteaux, 2019 – 88 pages couleurs – 16 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire