Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

mardi 21 janvier 2020

[Best of 2019] – Les héros du peuple sont immortels : Dans la tête de Sherlock Holmes (Ankama), Tif et Tondu Blutch (Dupuis) et Les Sanson et l’Amateur de souffrances (Vents d’Ouest)

Les continuateurs, repreneurs, pasticheurs, imitateurs, et autres admirateurs de Sherlock Holmes sont légion. Benoit Dahan et Cyril Lieron débarquent à leur tour et leur Dans la tête de Sherlock Holmes les place d’emblée tout en haut de la liste des meilleurs hommages au personnage de Conan Doyle. Double réussite que cette Affaire du ticket scandaleux : narrative, car on croirait cette intrigue à base de disparitions suite à un mystérieux spectacle chinois tout droit sortie du canon holmésien et graphique, avec cette extraodinaire mise en pages et en images de l’enquête. Chaque page est source d’émerveillement tant l’inventivité visuelle saute aux yeux, et surtout, tant elle fait véritablement sens : on suit, fasciné, réellement (car il est matérialisé de page en page) le fil rouge des pensées du détective et chaque observation, chaque réflexion, chaque déduction, chaque étape du périple dans les rues de Londres, chaque interrogation de témoins, sont illustrés par une mise en page en rapport direct avec l’ébullition des cellules grises de Holmes. D’entrée, son cerveau fertile est présenté en coupe, comme une planche d’anatomie ou le schéma d’une mécanique complexe. Cela donne un premier tome – car il faut bien deux volumes pour résoudre cette affaire – étonnant, foisonnant, déroutant, rafraîchissant… en un mot : brillant. Et assurément un des albums de l’année (Ankama).

Et du côté des reprises, impossible de passer à côté de Mais où est Kiki ? Non, ce n’est pas la voisine qui a perdu son Pékinois à poil ras, ni un remix par David Guetta du Youki de Gotainer, mais bien la nouvelle aventure des vétérans Tif et Tondu, et quelle aventure ! Ce retour signé Blutch, sur un scénario de son frère Robber, est clairement un hommage à une série qui a les a marqués, et leur reprise est ébouriffante. Au coeur des années 70, on découvre, subjugué, le chaînon manquant et inédit entre  Tif rebondit , de Rosy, et L’ombre sans corps , de Tillieux. Ou mieux, juste après la première apparition de Kiki, dans  Tif et Tondu contre le Cobra, puisque la délicieuse comtesse Amélie d’Yeu, alias Kiki, est la vedette de cette reprise. Vedette invisible, car enlevée, disparue, évanouie… Dupuis n’a pas hésité sur les éditions pour ce Tif et Tondu hors-norme : une première version en trois « cahiers Tif et Tondu », puis version noir et blanc en décembre pour Angoulême 2020, la version couleurs… Que demande le peuple ? Un supplément ? Le voici, en guise de cerise sur le gâteau : une novella  L’antiquaire sauvage , qui met en scène les deux héros, « justi-romanciers » comme ils s’autoproclament, dans une enquête échevelée dans le milieu de l’Art et des faussaires… Et s’il fallait d’ailleurs commencer par quelque chose, c’est bien par ce court roman : il met immédiatement dans le bain car l’esprit et le ton « Tif et Tondu » sont bien là et l’intrigue est digne de Tillieux Suprême délice : l’épilogue n’est ni plus ni moins que ce qui se passe dans les premières pages dessinées par Blutch. La boucle se boucle et il n’y a plus qu’à se laisser entraîner dans l’aventure (Dupuis)


Et pour finir cette sélection, place aux « immortels » annoncés das le titre de cette chronique… Les Sanson et l’Amateur de souffrances s’inspire de l’histoire des Sanson, la dynastie de bourreaux la plus célèbre de l’Histoire de France et qui débute en 1675, quand Charles Sanson épouse Marguerite Jouënne, elle-même fille de bourreau. Une union assortie d’un double couperet : Charles hérite du métier de son beau-père, mais aussi d’une malédiction terrible, qui prend elle la forme d’un homme sinistre mystérieux, l’ Amateur de souffrances. Un individu dont personne ne connaît le nom, mais dont Charles mesure très vite l’étendue des pouvoirs : en se nourrissant des douleurs intenses des suppliciés, par la simple vision du spectacle des châtiments et exécutions publics, l’Amateur rajeunit littéralement de plusieurs dizaines d’années…
Depuis ce point de départ original, Patrick Mallet et Boris Beuzelin se sont lancés dans une étonnante et passionnante saga, à la fois historique (les Sanson ont existé) et fantastique, avec ce personnage de l’Amateur de souffrances, tenant à la fois du vampire, de l’ogre et du sorcier. Original par son méchant hors-norme, cette trilogie l’est aussi par son scénario, qui étale la lutte contre le mal sur plusieurs générations de Sanson. Boris Beuzelin réussit le tour de force de nous plonger dans les antres des bourreaux – charmants instruments, et délicates missions à accomplir pour le compte de la justice royale … - sans donner la nausée avec juste ce qu’il faut de détails pour comprendre que le métier n’était pas facile tous les jours… Et en faisant saisir toute la fascination et la répulsion qu’il pouvait exercer sur les foules. (Vents d’Ouest).


Dans la tête de Sherlock Holmes : L’affaire du ticket scandaleux 1 **** / Liéron et Dahan – Ankama – 60 pages coul.

Tif et Tondu : Mais où est Kiki ? **** Scénario Robber et dessins Blutch – Dupuis – 88 pages noir et blanc
 L’antiquaire Sauvage ***: un roman de Tif et Tondu / Robber et Blutch – 92 p. - Dupuis

Les Sanson et l’amateur de souffrances tomes 2 et 3 ***/ Mallet et Beuzelin – Vents d’Ouest – 95 p. coul.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire