Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

samedi 20 mars 2010

"La Princesse du Sang" de Cabanes et Manchette primé à Bon Encontre


Depuis 2007, le festival de Bon Encontre décerne, le Prix Calibre 47, qui couronne un roman et le Prix Polar'Encontre, qui consacre lui une bande dessinée. Pour ce dernier prix, le jury, constitué d'experts BD et du lauréat de l'année précédente, a élu « La Princesse du sang », de Max Cabanes d'après le roman de Jean-Patrick Manchette. Une adaptation publiée aux éditions DUPUIS, qui n'ont pas spécialement décidé de suivre le vent porteur en la matière, en ne créant pas de collection spécifique, par exemple, comme l'a fort bien expliqué José-Louis Bocquet lors du premier festival des Habits Noirs en novembre dernier.

Cette adaptation est la seconde de l'oeuvre de Manchette, après celle de Tardi pour Le Petit bleu de la côte ouest (actuellement chez Futuropolis), sans oublier le Griffu du même duo, à la fin des années 70, une histoire originale. C'est Doug Headline, fils de Manchette, et lui-même scénariste, qui a adapté le roman de son père. Sur le choix du dessinateur, il s'explique dans le dossier de presse de l'époque :

« Pour s'attaquer à cette histoire, surprenante de la part de Manchette, s'imposait en écho le choix d'un dessinateur que personne n'aurait attendu sur ce terrain, mais capable de saisir l'essence et la complexité de l'univers du romancier : c'est-à-dire un auteur grand par son imprévisibilité, délicat et précis, doué d'une force jamais envahissante, mais capable de jaillir sans avertissement à chaque page. Et j'ai avancé le nom de Max Cabanes, dont la sensibilité singulière, le trait unique, élégant et souple, et l'incroyable talent étaient restés gravés dans ma mémoire depuis de longues années. Je ne connaissais pas Max, je ne savais pas où il en était dans sa vie de créateur d'images. Mais je ne sais pourquoi, je ne voyais personne d'autre que lui pour dessiner cette histoire... »

Avec ce prix, Cabanes succède à Erwan Le Saëc (Mafia Story, Delcourt), Damien Vanders (Welcome to hope, Bamboo), et Laurent Astier (Cellule Poison, Dargaud)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire