Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

samedi 31 juillet 2021

[Rétro été] - Octofight, trilogie punchy de Nicolas Juncker et Chico Pacheco ( Glénat / Treize Etrange) ****

 


Notre futur plus ou moins proche n’en finit plus d’inspirer – avec bonheur le plus souvent – les fictionneurs du roman, du cinéma et de la bande dessinée. Uchronie, utopie, dystopie… des mondes à venir qui font souvent froid dans le dos. La France de 2056 de Juncker et Pacheco n’échappe pas à la règle, à une exception près : on va tout droit vers un monde sinistre, mais le sourire – édenté -aux lèvres…

 Bienvenue au pays de l’euthanasie civique ! Les gouvernants français des années 2050 ont trouvé la parade au vieillissement : l’élimination pure et simple des plus de 80 ans en fin de droits. Une idée qui a fait son chemin petit à petit dans les esprits, après avoir germé dans le crâne de jeunes esprits bien déterminés à rendre la France plus vivable. Petits extraits de leur apéro qui va tout déclencher :

« - Prudence, les vieux c’est un sujet sensible ! On a tous des parents et des grands-parents et on va tous devenir vieux un jour. Donc : grosse empathie du public, pas comme les fonctionnaires ou les chômeurs...

- De toutes façons, on a pas le choix. Sinon, les extrême-gaullistes vont encore monopoliser le débat.

- Oui. La question n’est plus « pourquoi ». Mais « quand » ?

- Je peux envoyer deux-trois sondes… Les gens en ont marre de croiser des vieux partout qui coûtent une fortune, et qui ne rapportent rien...Et on a les économistes avec nous.

- Il faut déjà lancer le pavé dans la mare. Attendre la fin des éclaboussures . Que ça se calme. Puis revenir dessus en recadrant ça dans un débat gaulliste, avec un ou deux faits divers pour marquer le coup. Rendre le truc acceptable en comparant avec d’autres pays. . Qu’on fasse trois-quatre lois à mi-chemin, forcément inefficaces. Que le public accepte l’obligation d’aller plus loin. Le tintouin habituel, quoi. Je dirais dix/douze ans... »

Et bim ! Deux quinquenats plus loin, on est en plein dedans, et terminés, les vieux improductifs… Le héros de cette aventure, Stéphane Le Goadec, octogénaire qui a l’outrecuidance de fumer en cachette, et de se faire gauler pour contrôle positif à la nicotine, se voit contraint de fuir pour échapper à la convocation au commissariat, synonyme d’euthanasie volontaire. Le voici donc, avec sa femme Nadège, 82 ans comme lui, en route pour le territoire des Néo-Ruraux, après un passage chez Nicolas, un ancien crypto-gaulliste… Mais arrivés sur les terres de Raylmond, il n’a qu’un seul moyen pour évchapper au suicide programmé : le combat à mains pas vraiment nues contre des adversaires tout aussi ridés que lui. Et Stéphane va devenir un champion, gravir les échelons de l’Octofight, et provoquer des remous jusqu’à l’Elysée du président Mohamed Maréchal-Le Pen…

Ce scénario de Nicolas Juncker fonctionne parfaitement, et son monde, peuplé de «personnes à jeunesse réduite, du chômage illégal, d’Extrême-Centre »… et où tout est devenu Gaulliste, même votre machine à laver, est celui d’un observateur attentif de la vie politique actuelle, qui lui sert de formidable terrain de jeux. Chico Pacheco, son acolyte au dessin s’en donne à coeur joie dans un style à la croisée des comics et des mangas d’action (les combats clandestins sont époustouflants!) mais c’est bien la dimension politico-satirique qui fait tout le sel d’Octofight, et impose au lecteur et à la lectrice de se poser la question : mais comment faire pour éviter d’en arriver là ? Ces trois tomes nerveux et hilarants nous invitent aussi à nous poser la question…. 

Octofight - Scénario Nicolas Juncker et dessin Chico Pacheco - Glénat / Treize Etrange, 2020 ****

1 – Ô vieillesse ennemie

2- De rides et de fureur

3 – Euthanasiez les tous !

128 pages noir et blanc et 12,90 € chaque. 

Et vivement l’intégrale ! 

  [Chronique précédemment parue chez les excellents amis de la Tête en Noir, dans le numéro 210 pour être précis]

jeudi 8 juillet 2021

|Rétro été] - Dans mon village on mangeait des chats, par Pelaez et Porcel (Bamboo – Grand Angle)

 

Que se passe-t-il quand on est gamin et au courant des petits traficotages du maire de village ? On risque d’y laisser sa peau, surtout quand le maire en question est le boucher local, au propre comme au figuré. Mais quand on est gamin, on peut aussi être un petit dur qui sait encaisser les coups

Et c’est bien le cas du jeune Jacques : voilà un minot qui n’a pas froid aux yeux, et qui ne craint pas non plus les beignes de son père, routier violent et absent. Non seulement il ne les sent pas, les coups, grâce à son analgésie congénitale (« Anagésie congénitale ça s’appelle, même si avec le mot congénitale ça fait un peu taré ») mais il les affronte, pour pouvoir protéger sa petite sœur adoré de ce père indigne. Alors, quand tous les deux découvrent que « Charon la charogne », boucher-maire de la commune capture des chats dans la forêt pour son paté de foie qui s’arrache à prix d’or (parce que la recette est secrète et ancienne…), l’aîné n’hésite pas à venir narguer le commerçant, voire à le menacer. Cela finira mal, pour le boucher, et par ricochet, pour Jacques qui en plus de la mort du boucher, provoque celle de son père. Début d’un séjour en institution, où le destin de Jacques va prendre une autre trajectoire…

Il est assez rare, osons le dire, d’être happé autant par une histoire (en bande dessinée entendons-nous) que par son style, sa langue. Les mots de Philippe Pelaez sonnent vraiment justes dans la bouche de Jacques, et font sa personnalité, gouailleuse et dure à la fois, autant que le trait de Porcel le dessinateur. Ainsi pour décrire la capacité d’adaptation à son environnement du jeune Jacques, voici ses pensées « Mettez-moi avec les esquimaux, et je suis sûr qu’au bout de quelques semaines, je pourrai parler leur langue et chasser le phoque en pissant des glaçons ». Un peu pllus loin, quand Jacques et ses trois potes d’institution se retrouvent dans une entreprise de soudure mais vont commencer à avoir d’autres activités : « Et après avoir soudé, nous avons commencé à dessouder ». Et c’est tout un parcours dans la pègre, qui est décrit, dans un récit un peu à la Henry Hill des Affranchis de Martin Scorcese. Pelaez avoue aimer cette technique du « narrateur homodiégétique , qui est le héros de son propre récit et interpelle le lecteur constamment » … et force est de constater qu’elle fait mouche dans cet album aussi touchant que sombre.

L’intrigue se déroule dans les années 70 et c’est aussi un regard rétrospectif sur les ISES, les Institutions spécialisées d’éducation surveillée, crées dans les années 50 pour des jeunes délinquants jugés inéducables, des établissements basés plus sur le suivi psychologique individuel et que sur la matraque de gardien…

Le passage de Jacques en ISES ne l’empêchera de poursuivre sa trajectoire de futur caïd du Milieu, jusqu’à la chute finale. Rien de nouveau, dans ce fil rouge , mais Dans mon village on mangeait des chats dégage une puissance et une humanité absentes de bien des albums sur les mêmes sujets.

[Chronique précédemment parue chez les excellents amis de la Tête en Noir, dans le numéro 205 pour être précis]

Dans mon village, on mangeait des chats ****

Scénario de Philippe Pelaez et dessin de Porcel - Bamboo (Grand Angle)

56 pages couleurs -16,90 € - Parution juin 2020

dimanche 28 février 2021

[Maintien du désordre] –Les Dentus arrivent ! (Anthony Pascal et La Mouche-Krokodile)

 

Alors voilà : c’est une journée apparemment comme les autres pour Raoul, voire même mieux, puisqu’il se sent merveilleusement optimiste, et que rien de particulier ne vient obscurcir son horizon. Quel bonheur pour ce flic d’élite, à la tête du quatuor de chocs qu’il forme avec ses collègues Saturne, Mercure et Jupiter, des policiers tout aussi émérites que lui-même. Pourtant quand il va arriver au commissariat, rue des Tartelettes (en deuil), tout va partir en cacahuète et contrarier cette splendide matinée : son supérieur lui annonce qu’un dénommé Portal a avoué le crime pour lequel il était en garde-à-vue, bonne nouvelle, mais le problème est que l’équipe de Raoul a exactement la même chose à lui annoncer. Un dénommé autrement – Monclar – vient également de passer aux aveux, pour le même crime. Splendide ! Mais c’est tout de même un souci pour Raoul ces deux meurtriers pour un seul assassinat. Et comme il le dit lui-même à ses troupes « Il nous faut décider quel coupable doit être le seul et l’unique ». Et plutôt que de se fier à la méthode de Jupiter (« Pile : Monclar. Face : Portal »), voici les Dentus à nouveau sur la brèche et partis pour une contre-enquête qui s’annonce périlleuse, mais dont l’issue ne fait aucun doute : la vérité va triompher. Ou pas...

Ah que ça fait du bien de voir de nouveaux venus dans la galerie des enquêteurs branquignols ! On avait Jack Palmer (Pétillon), et plus récemment le gigantissime Scott Leblanc (Geluck et Devig) ou encore l’Inspecteur MC Cullehan (Schilling), il va désormais falloir compter avec cette belle brochette finaude imaginée par Anthony Pascal, à qui on peut visiblement faire confiance dans le registre du loufoque et du parfois bien débile (comme j’aime, et ouais). Rien que la page de garde (il faut TOUJOURS s’attarder sur les pages de garde) met au parfum. Celle-ci est une merveille du genre. Voyez plutôt :


Après cet avertissement discret mais imparable, on n’a qu’une envie : voir si ces quatre lascars sont vraiment aussi doués que leur portrait en creux le laisse supposer. Ben on est pas déçu : ils sont vraiment nazes. Ils ne comprennent rien – enfin, surtout Raoul… - se perdent dans des fausses pistes et déductions hasardeuses, et au final déclenchent une catastrophe explosive. Et c’est extrêmement drôle ! D’abord, par cet art de réplique absurde, du jeu de mots subtil, de la rhétorique hilarante que maîtrise Anthony Pascal. Comme ici par exemple :


Et puis, graphiquement, même si son quatuor est un poil géométrique facièsement, parlant le style semi-réaliste de l’album fonctionne très bien, et c’est enlevé, avec toujours ces petits détails qui font mouche comme ces affichettes au cabinet médical ou à l’hôpital (« Pour être en bonne santé, soignez-vous » , « Le médecin n’y est pour RIEN »).

Alors, oui, si vous avez envie de vous dérider un brin, tout en lisant un vrai polar, car il y a tout de même un mystère à éclaircir derrière ces facéties policières, n’hésitez pas. Les Dentus font un peu penser à l’équipe imaginée par Sophie Hénaff dans «Poulets grillés » (série de romans chez Albin Michel), en moins doués tout de même. Sauf pour faire rire. Cette première enquête est aussi le premier album d’une nouvelle maison d’édition, La Mouche-Krokodile. Souhaitons-lui une longue vie ! Raoul et ses Dentus le méritent.


Les Dentus, meilleurs flics de France ****

1- De pire en pire

Scénario et dessin Anthony Pascal

La Mouche-Krokodile – 66 pages couleurs – Paru le 27 février 2021 –16 €




dimanche 14 février 2021

[Sciences naturelles] – Champignac, ou une jeunesse trépidante... par BéKa et Etien (Dupuis)

 

Tout le monde connaît ce bon vieux Pacôme, Hégésippe, Adélard, Ladislas, ci-devant Comte de Champignac, et fifdèle compagnon d’aventures de ces deux non moins bons Spirou et Fantasio. Au fil du temps, les amateurs d’inventions auront pu découvrir la joyeuse liste des trouvailles géniales de ce savant un brin cynoque. Des X1, qui donne une force herculéenne – et X2 qui vous file un coup de vieux de 70 ans en 60 minutes, (Il ya un sorcier à Champignac) au X5 inventé pour réduire à néant la jungle qui a envahi Champignac (Alerte aux Zorkons) en passant par le dézorglhommisateur (L’ombre du Z) ou l’Antivirax Panoramex (Virus), rien ne semble échapper au génie créatif de monsieur le Comte… Mais depuis quand cela dure-t-il, sac à papier ??? Le cerveau du jeune Pacôme était il déjà en ébullition, il y a, euh, longtemps ?

Mais bien sûr ! C’est en tout cas ce que nous confirment les deux aventures du déjà comte : Enigma et le Patient A.

Dans la première, le voici en 1940 en Angleterre, dans le petit village de Bletchley, aux côtés de l’équipe d’Alan Turing pour le décryptage de la célèbre machine de chiffrage Enigma, joyau des messages codés allemands. Un défi à la mesure des neurones du jeune savant, et des talents de la sémillante Blair McKenzie, « brillante linguiste championne de mots croisés « … Les voici tous deux désormais membres des services secrets britanniques, parés à entrer dans l’Histoire, et dans une relation amoureuse inattendue, mais néanmoins scientifiquement imparable car comme le déclare (au clair de lune) Pacôme à Blair : «  Je n’ose rien faire de peur d’infléchir l’accroissement de la fonction mathématique qui décrit mon bonheur ».

On retrouve le jeune couple fougueux un an plus tard, pour une mission autrement plus périlleuse : 

 

Disons le tout de suite : ces aventures de Champignac jeune sont excellentes ! Le ton est donné dès le premier tome, et BéKa (duo de scénaristes) trouve immédiatement la bonne formule : imaginer un comte de Champignac jeune, déjà un peu dans la lune, mais aussi fermement humaniste, et le plonger au coeur des méandres de l’Histoire, et de l’Amour, en la personne d’une fougueuse écossaise. Etincelles garanties ! Et bien entendu, tout en gardant une dimension scientifique aux aventures du tandem. Ces deux

premiers tomes sont drôles et dynamiques, et d’une superbe fluidité. Le dessin de David Etien ( Les Quatre de Baker Street) est parfait pour cette série, y compris lorsqu’il s’agit de mettre en scène des personnalités historiques tels que Churchill ou Hitler. 

 Les aventures de Spirou, sont depuis quelques années passées de mains en mains à un rythme parfois déroutant à suivre, et on pouvait se poser la question de l’arrivée, après celle de Zorglub, de ce Champignac dans la bagarre. Il faut en fait le voir comme une nouvelle pierre à l’édifice du monument, et osons-le, une véritable clé de voûte. Souhaitons donc voir le plus possible ce Pacôme moustachu à la crinière noire, et sa douce Blair…


  Et essayez donc de mettre la main sur les boites de pastilles distribuées clandestinement à la sortie des salles de spectacles, musées, bars et autres lieux essentiels : vous verrez, c'est très revigorant.

 


Champignac (Pacôme, Hégésippe, Adélard, Ladislas, Comte de)

Scénario Béka et dessin David Etien

1 – Enigma ****

Dupuis, 2019 – 64 pages couleurs – Paru le 4 janvier 2019 – 14,50 €

2 – Le Patient A ***

Dupuis, 2021 – 48 pages couleurs – Paru le 5 février 2021 – 14,50



dimanche 7 février 2021

[Trio de choc] – Atom Agency 2 : Petit Hanneton, par Yann et Schwartz (Dupuis)

 

Le tome 1 de l’Atom Agency  «  Les Bijoux de la Begum » avait vu la naissance d’une équipe d’enquêteurs composée du fringuant Atom Vercorian, fils d’un commissaire parigot-arménien, de sa sémillante assistante Mimi Pinçon, et de Joseph Villain, alias Jojo-La-Toupie, catcheur rangé des rings, mais toujours affûté sous ses costumes trois pièces.

Un trio de choc qui n’est évidemment pas sans en rappeler un autre, bien connu des amateurs de polar en général et des fans de Tillieux en particulier : Gil Jourdan / Queue-de-cerise / Libellule. Un hommage d’autant plus assumé que les enquêtes de l’Atom Agency se déroulent dans les années 50, et qu’on y retrouve la même ambiance que dans les albums de Tillieux… avec la patte Yann, et la ligne claire dynamique dOlivier Scwhartz.

 

Dans ce deuxième opus, Atom est chargé de retrouver Annette, alias Petit Hanneton, ambulancière intrépide de la 2ème DB, véritable héroïne de guerre, comme pourrait en témoigner le père dAtom… C’est d’ailleurs à lui que s’adresse d’abord un camarade de front pour la chasse au Petit Hannneton, mais le désormais commissaire est sur la piste de René la Canne, insaisissable ennemi public numéro 1 du moment. L’agence entre donc en piste, dans une histoire qui n’est pas du cinéma, même si deux Jean vedettes de l’époque sont de la partie : Gabin et Marais… Rien que ça ! Sans oublier la diaspora arménienne en pleine cérémonie de l’Agra Hadig du fils du cousin Chanouk Berberian d’Atom. C’est dire si le cocktail est corsé !

Et bien voici un épisode tout aussi mouvementé que le précédent, avec un petit côté glamour en plus, et un aspect « historique » plus prononcé puisque l’ancrage de l’intrigue trouve son origine à la fin de la seconde guerre mondiale. Cela donne un épisode légèrement moins polar que le précédent, mais tout aussi plaisant à suivre, avec notamment cette immersion dans les traditions arméniennes qui permettent aussi à Yann d’assouvir son goût immodéré et légendaire des bons mots. Quant à Schwartz, ce n’est vraiment pas lui faire offense que de voir en lui le digne héritier de Chaland, notamment lorsqu’il dessine ces grandes cases où se croisent des foules de personnages, et où l’oeil se perd avec délices dans les poses et attitudes de chacun d’entre eux. Et d'ailleurs pour prolonger le plaisir, faites donc un petit tour au Club des amis du dessinateur, vraiment sympa.

L’album s’arrête sur une promesse d’une enquête qui s’annonce plus compliquée pour la famille Vercorian, et où le paternel semble être plus intimement lié… Retour annoncé d’un récit plus sombre ?


 

Atom Agency   – Petit Hanneton ***

Scénario Yann et dessin Olivier Schwartz

Dupuis, 2020 – 56 pages couleurs – 15,95 €

 

Et aussi : Tome 1 - Les Millions de la Begum****

Dupuis, 2018 - 56 pages couleurs - 15,95 €