Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 16 janvier 2022

[Fauve Polar SNCF 2022 - FIBD] - Impact par Rochier et Deloupy (Casterman)

 Dany, quadragénaire déguisé en jeune impulsif à capuche, traite son mal-être à coup de poings sur tous ceux qui le contrarient. La dernière fois risque d’être celle de trop s’il ne va pas illico consulter un psy pour démêler ce qu’il a dans le crâne, s’il ne veut pas poursuivre sa vie derrière les barreaux.

La vie de Jean est, elle, pas loin de se terminer : à l’hôpital, les médecins ne lui disent pas combien de mois il lui reste, mais il a compris. Alors il se confie à un compagnon d’infortune hospitalière et lui raconte cette vie de tourneur-fraiseur modèle, syndiqué obéissant, père attentionné, jusqu’à ce moment où tout déraille et où il va falloir vivre avec le mensonge et le secret…

Double voix, doubles vies, double récit : Gilles Rochier a construit une histoire parfaite, où forcément, comme on s’y attend, les destins de Dany et Jean vont se croiser, mais à la différence de nombre de récits du même genre, les protagonistes vont tout ignorer l’un de l’autre. Il y a bien sûr un point de jonction, quelqu’un qui va comprendre ce qui unit les deux hommes, mais seul le lecteur le saura : c’est l’une des grandes forces de ce scénario, ce troisième personnage qui pourrait tout raconter aux deux hommes… et qui le fera peut-être ? Visiblement, non, même si un léger doute est permis. Mais au-delà de cette habile construction – et par les aller-retours fluides entre les récits des vies du zonard et de l’ouvrier – Gilles Rochier décrit avec justesse et humanité l’âpreté et l’injustice d’une société sans pitié pour qui que ce soit. Et l’impact du titre - au-delà de celui de l’arme, aussi là pour rappeler qu’on est bien dans le genre noir - est bien celui qu’il laisse durablement dans les vies intérieures et torturées des deux personnages centraux. Et pour cette histoire sombre, le dessin - toujours de la famille ligne claire - de Deloupy est lui aussi parfait, d’une grande lisibilité, avec un choix judicieux de couleurs pour passer d’un moment du récit à un autre, d’une époque à une autre. Et avec une expressivité toujours juste dans les attitudes et la transposition à l’image des émotions de Dany, Jean et de tous les personnages « secondaires » qui les entoure.

J’avais raté la sortie de cet album, en avril, je le découvre au moment de sa sélection pour le Fauve polar SNCF du FIBD 2022  : il y a toute sa place, largement ! Rendez-vous du 17 au 20 mars à Angoulême pour le verdict !


Impact ****

Scénario Gilles Rochier et dessin Deloupy

Casterman – 104 pages couleurs

Paru le 14 avril 2021 – 18 €


samedi 15 janvier 2022

[Robe blanche et chapeau mou] - Spirou n°4370- Jérôme K. Jérôme Bloche est de retour !

 

Faut-il encore présenter le désormais célèbre détective au solex, aussi fin limier que piètre automobiliste, enfin, automobiliste, le mot est fort, puisqu’il en est encore et toujours à passer son permis ? Voilà quarante ans que ce bon vieux Jérôme illumine les pages du magazine Spirou de sa bonne humeur communicative et de ses enquêtes rondement menées.

Le voici de retour dans sa 28ème aventure - « Et pour le pire » - où il va visiblement être question de mariage, si l’on en juge à la couverture de ce numéro 4370 de Spirou , ce que confirme Dodier dans la mini-interview qui précède les premières planches que l’on découvre avec jubilation (et ici sur spirou.com) Ce bon vieux Jérôme se marie ? C’est son éternelle fiancée Babette qui doit être contente… Ben non, il semblerait que l’épousée soit une certaine Rebecca…. Gasp ! Ou alors juste en rêve ? Foncez sur ce numéro – et les quatre suivants – pour découvrir ce qui a bien pu se passer pour que notre héros se retrouve à l’hôpital, le ventre percé d’un coup de couteau…

Un épisode qui démarre vraiment fort !

Spirou n°4370 - Daté du 12 janvier 2022 - Editions Dupuis - 52 pages - 2,70 €

dimanche 9 janvier 2022

Mes albums préférés de l’année 2021 [2/4] – Contrapaso (Dupuis) / Moi menteur (Denoël) / No Body (Soleil) / Esma (Sarbacane)

 Hop, on traverse l’Atlantique, pour la suite de mon mini polar-trip des meilleurs albums de l’année . Trois étapes, quatre albums.

En Espagne, les années Franco ont suscité de nombreux récits et bandes dessinées, au fil des années, des archives ouvertes et de la parole libérée. Teresa Valero, dans le premier tome de Contrapaso, les Enfants des autres, a choisi le Madrid des années 50 pour y situer son histoire à elle, et y aborde aussi bien les journaux clandestins écrits par des femmes en prison, la liberté de presse étouffée par une censure terrible , les pratiques médicales proche de l’eugénisme, une grève universitaire… entre autres ! Cela pourrait être foutraque, c’est en fait foisonnant et parfaitement raconté, par le biais d’une enquête journalistique d’un duo improbable de deux reporters affectés aux faits divers dans leur quotidien : Sanz, un vieux brisquard phalangiste repenti et Lenoir, un jeune français idéaliste. Sa cousine Paloma dessinatrice de presse et de BD complète le trio et à eux trois ils vont éclaircir le mystère de meurtres tous liés au passé sombre et récent de leur pays. Mais reste encore l’énigme de ces femmes assassinées par un la main d’un seul homme, une affaire qui obsède Sanz depuis 17 ans. Un album captivant de bout en bout.

L’Espagne d’Altarriba et Keko n’en est pas moins malade et perturbée dans Moi, menteur, dernier volet de la  Trilogie du Moi , après Moi,assassin,où l’on suivait le parcours d’un tueur en série ayant érigé le meurtre au rang d’oeuvre d’art et Moi, fou, celui d’un docteur en psychologie inventeur de pathologie finalement broyé par le Big Pharma. La politique n’était jamais bien loin des deux premiers récits, elle est cette fois centrale dans Moi, menteur, puisqu’on suit le parcours d’Adrián Cuadrado conseiller en communication du parti au pouvoir qui lui a fait de la corruption et de la manipulation son mode de fonctionnement naturel. Comme  dans les deux précédents opus, tout se passe à Vitoria, théâtre de toutes les turpitudes humaines nécessaires pour arriver au sommet, et garder le pouvoir. Mais quel sommet, et surtout, à quel prix ? Ces désespérants parcours de vies sont de parfaits repoussoirs à notre monde actuel et de vrais appels à ne pas suivre ces voies-là. Côté graphisme, le noir et blanc, parsemé au fil des page de fulgurances de vert (après le rouge et le jaune des deux tomes précédents) est sublime. Et cette Trilogie du moi une œuvre majeure du Neuvième Art, rien de moins ! 


Passons en Italie où Le Berger vient conclure la trilogie de la deuxième saison de la série No Body de Christian de Metter. Cette histoire avait débuté dans les deux précédents tomes par le rapt d’une fillette dans l’Italie des années de plomb. L’enquête est confiée au commissaire Gianni Sordi et à son équipe, qui remontent vite à l’identité de la victime : Gloria Agnello Strozzi, fille de juge d’instruction chargé d’affaires politiques et petite-fille du « Baron Rouge », « quelqu’un d’important et de riche », comme le rappelle le patron de la police à Sordi. Les raisons de s’en prendre aux Agnello Strozzi ne manquent donc pas… et les exigences des ravisseurs ne vont pas tarder à arriver : la liberté de Gloria contre celle de jeunes gauchistes exaltés d’un des nombreux groupuscules du moment. Mais cela va se compliquer pour tout le monde quand la monnaie d’échange s’échappe, et que d’autres protagonistes entrent dans la danse au fil des albums. Et toute la science narrative de De Metter entre alors en action pour un ballet de personnages fascinants : deux frères jumeaux footballeurs, jouant l’un pour la Roma et l’autre pour la Lazzio, les clubs ennemis de la capitale, un spécialiste de la prise d’otage, un tueur à gage sosie d’Elvis, et évidemment, le mystérieux « M. Nobody » qui semble tirer les ficelles... La conclusion de ce récit sombre, au suspense grandissant est à la hauteur des attentes et le tout dessiné avec le trait réaliste de De Metter, qui a toujours ce talent incomparable pour exposer les émotions de ses personnages, et cet art du cadrage pour n’importe quel type de scène.

La Suisse n’est pas loin ? Allons-y et retrouvons Iwan Lépingle. Après les étendues du Grand Nord (Akkinen : zone toxique) et les méandres du plus grand fleuve de la Russie (Une ile sur la Volga), c’est du côté des bords du lac Léman que l’auteur nous entraîne dans Esma. Pour plus de quiétude ? Pas vraiment… Car derrière les murs du domaine des Arcets, et de la Villa Matsuo précisément, se déroule un drame que ses auteurs auraient certainement voulu plus feutré. Mais pas de chance, le double-meurtre qui vient d’avoir lieu a une témoin : Esma, jeune turque sans-papiers, qui trouve refuge chez son amie Audrey à qui elle révèle tout. C’est le point de départ d’une intrigue prenante mêlant médias, police et... sentiments amoureux. Comme dans les précédents albums de l’auteur, c’est tout autant l’aspect psychologique des personnages que la résolution du crime qui font mouche, et les démons du passé qui vont ressurgir font tout autant de mal que les coups de feux dans la nuit. Le tout dans une ambiance nocturne et mystérieuse suggérée dès la couverture (superbe !), et qui s’exprime par le bleu dominant choisi par Iwan Lépingle pour les pages d’Esma. Un troisième album vraiment réussi, une fois de plus !


Contrapaso 1 – Les Enfants des autres

Scénario et dessins Teresa Valero

Dupuis (Aire Libre) – 152 pages couleur – 23 €

Moi, menteur

Scénario Antonio Altarriba, dessins Keko

Denoël Graphic – 162 pages noir et blanc (et vert) – 21,90€

No Body – Saison 2, tome 3 : Le Berger

Scénario et dessins Christian De Metter

Soleil (Noctambule) – 108 pages couleur – 17,95 €

Esma 

 Scénario et dessin Iwan Lépingle

Sarbacane, 2021 - 160 pages quadri –22,50 €

dimanche 2 janvier 2022

Mes albums préférés de l’année 2021 [1/4] – Dernier souffle / Empire Falls Building (Soleil) / Pulp / Un été Cruel / Reckless / Intégrale Stray Bullets 4 (Delcourt)

 Bon, je sais : Bédépolar est resté silencieux de longs mois… mais son tenancier (oui, moi) n’en a pas moins lu d’excellents albums et voici, en quatre étapes et sous forme de tour du monde, un retour sur les plus marquants de feue 2021. Point de départ du périple : les Etat-Unis. Hey ho let’s go !

Et pourquoi ne pas commencer par un western, mmm ?  Dernier souffle  de Thierry Martin en est un tout à fait original dans sa forme : entièrement muet, composé d’une seule case par page, dans un format à l’italienne, cet album a été imaginé et dessiné au jour le jour, d’abord sur le compte instagram de l’auteur pendant 8 mois, avant d’être publié en version papier.

Thierry Martin ne connaissait pas l’issue finale au moment où il s’est lancé dans ce défi, et il s’est retrouvé embarqué, comme nous le sommes, par ce personnage qui apparaît dès la première page : une silhouette de cow-boy, au coeur d’une forêt enneigée, et qui avance, fusil à la main. Bientôt l’homme en retrouve un autre, et on comprend vite qu’il s’agit d’une traque, d’une chasse à l’homme, qui va s’étendre sur 222 pages. On ne sait rien de ce héros – et en est-ce vraiment un ? - mais petit à petit son histoire se révèle, et on va apprendre ce qui l’a conduit dans cette forêt où, de rencontres en rebondissements, son destin va se forger….

Et c’est formidable ! Car non seulement Thierry Martin réussit à nous embarquer dans ce destin, mais il utilise vraiment toutes les ressources du cadrage pour donner un rythme haletant et dynamique à son récit. Il n’hésite pas non plus à jouer avec ses propres images, en faisant varier juste un élément de son dessin pour transporter le lecteur ailleurs, à la page suivante. Comme dans ces deux pages où sur la première, le cou massif d’un personnage occupe les trois quarts de l’image, et sur la seconde, ce même cou, dans les mêmes proportions est là un tronc d’arbre en pleine forêt... vrai jeu oulipien ! Des inventions de ce type sont certainement nombreuses et incitent à recommencer sa lecture pour en découvrir toutes les subtilités.

Recommencer car on est tellement pris par le suspense qu’on peut lire très vite ce « Dernier souffle », sans prendre le temps de reprendre le sien tellement le suspense est grand. Recommencer donc, pour se perdre dans les détails du dessin, magnifique en noir, blanc et bleu nuit. Pour cette réédition bienvenue (première parution aux éditions Black and White en 2019), Soleil a soigné la finition de cet album, qui se présente sous un étui percé d’un trou,évoquant aussi bien le viseur du photographe que celui d’un chasseur.

Tout aussi soigné, Empire Falls Building, l’est également, et le lecteur est même prévenu (et intrigué ) par un autocollant sur la couv : « Récit dynamisé par des calques narratifs ». Et de fait, cette histoire sous-titrée « l’anatomie d’un vertige », bénéficie de quelques pages, choisies minutieusement, où le calque vient donner une dimension supplémentaire à l’impossible mission du héros, Edgard Whitman, un architecte chargé d’achever un fleuron de l’architecture, l’Empire Falls Building. Impossible car le commanditaire, l’ombrageux et fantasque milliardaire Miser Vassilian, a des exigences difficiles à saisir, que le timide Whitman peine à mettre en œuvre. Et puis, cet immeuble est si impressionnant, tant d’autres architectes y ont laisser leur empreinte. Sans oublier madame Vassilian, étrange et mélancolique belle femme qui semble prisonnière des lieux…. C’est un récit envoûtant que les auteurs ont mis en place, un véritable thriller psychologique, où l’architecture joue un rôle de révélateur des tourments de l’âme. Le dessin et les couleurs de Redolfi sont magnifiques, à la hauteur du défi du scénario de Deveney. Et comme Dernier souffle, c’est un très beau livre-objet, la forme étant ici entièrement au service du fond.

Deux albums parus dans l’excellente collection Noctambule de l’éditeur, celle de l’audace et de l’inventivité.

Et les Etats-Unis vu par les américains alors ? C’est encore et toujours sous la plume et le pinceau du duo Brubaker-Phillips qu’on trouve le meilleur du « Noir Polar » (comme ils disent là-bas). Pas moins de trois titres viennent le rappeler :

 Pulp se déroule dans le New-York des années 30 où le vieillissant Max Winter survit en dessinant des westerns où le « héros » ressemble fort à ce que Max était, jeune : un hors-la-loi avec Pinkerton aux trousses. Un boulot qui rapporte si peu que l’obsession de quitter cette terre sans rien laisser derrière lui pour celle qu’il aime le ronge tellement qu’il va ressortir les armes pour un dernier braquage… chez les sympathisants nazis locaux ! Un récit court et coup-de-poing.

Un été cruel est aussi une histoire de braquage, mais elle se déroule cinquante ans plus tard, et on y retrouve un des personnages de la série Criminal : Ricky Lawless, et son père Teeg. Tout tourne autour de ces deux personnages dans un récit époustouflant où il tout autant question d’amour que de rage entre les deux. Comme toujours, les histoires du duo marient à la perfection art du suspense et portraits psychologiques d’une grande finesse. Où très souvent, le passé des personnages leur explose à la figure, inéluctables bombes à retardement.

Et c’est encore le cas das  Reckless , écrit pendant la pandémie, où entre scène cette fois le dénommé Ethan Reckless, un type discret à qui on fait appel pour régler des problèmes que les autorités officielles ne pourraient résoudre. Sa petite affaire roule, quand arrive une « cliente » qui fait ressurgir les années où ils étaient main dans la main, étudiants activistes tendance radicale, jusqu’à ce qu’à un événement tragique mette fin à leur histoire. Que signifie ce retour ? Une fois de plus, on assiste à la course contre la montre d’un homme pris dans les roues d’un engrenage infernal. Et comme tous les albums de cette sélection : on ne le lâche pas avant la dernière page. 

 

Mais si Brubaker et Phillips ont construit une œuvre qui au fil du temps les a rendus incontournables , il ne faut pas oublier la plus grande série du Crime comics de tous les temps  : Stray Bullets. Chronologie narrative explosée, personnages aussi inquiets qu’inquiétants, sorties déroutantes de la ligne polar… Depuis 26 ans David Lapham travaille à son œuvre majeure, et Stray Bullets est réellement une série qui sort de l’ordinaire à tous les points de vue. Ce comics au très long cours, couronné dès 1996 du Eisner Award du meilleur auteur de l’année, fait depuis 2019 l’objet d’une publication intégrale aux éditions Delcourt, et le quatrième volume Sunshine and Roses, vient de paraître à la fin de l’année 2021. J’ai eu l’honneur d’en rédiger l’introduction, aussi, je ne m’étendrai pas plus ici si ce n’est pour vous rappeler que vous ne devez pas passer à côté de ce véritable chef d’oeuvre ! Ce n'est même pas un conseil : c'est un ordre ! 

Rompez, citoyens ! Et à dimanche prochain !

Judge Fredd


Dernier souffle, de Thierry Martin

Soleil - 218 pages - Collection Noctambule - 26 €

Empire Falls Building, de Jean-Christophe Deveney et Tommy Redolfi

Soleil - 112 pages – Collection Noctambule – 24,90 €

Pulp

Scénario Ed Brubaker, dessins Sean Phillips

Delcourt – 72 pages couleur – 13,50 €

Reckless

Scénario Ed Brubaker, dessins Sean Phillips

Delcourt – 144 pages couleur – 16,50 €

Un été criminel

Scénario Ed Brubaker, dessins Sean Phillips

Delcourt – 288 pages couleur – 29,95 €

Stray Bullets, intégrale 4 – Sunshine and Roses

Scénario : David et Maria Lapham – Dessin : David Lapham

Delcourt – 452 pages noir et blanc – 34,95 €