Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

samedi 25 août 2012

[Chronique] - Black out (Sarbacane)

Norma Rouge travaille comme serveuse pour l'agence d'événementiels « The Cherry's Events ». Les soirées arrosées et empoudrées, elle connaît. Ce soir-là, elle n'est pas de service, et c'est avec le costume de l'invitée qu'elle se présente chez Franck de Maistre, un fils à papa friqué et abonné aux rails de coke. Norma se retrouve vite à l'écart du petit monde qui gravite autour de Francky et elle sirote ses coupes de champagne sans grande conviction. Jusqu'à ce qu'un couple lui aussi un peu dans son coin, l'aborde et lui propose d'aller faire la fête ailleurs. Comme Claire et Angelo ont l'air sympa malgré un air un peu bizarre, Norma accepte, et c'est à bord de sa voiture qu'ils se rendent tous les trois vers leur nouvelle destination nocturne. Enfin ça, c'est ce que Norma pense, jusqu'à ce qu'elle se réveille le lendemain matin dans un terrain vague, encore dans les vaps, seule au volant de sa bagnole. A ses côtés, un sac à main qui ne lui appartient pas, avec à l'intérieur, un Polaroïd où elle tire à bout portant, sur une inconnue. Et celle-ci n'est pas bien loin : dans le coffre grand ouvert, sous forme de cadavre...
Le thème de l'amnésie – ici sous la forme du trou noir où le personnage principal a tout oublié de ce qui s'est passé la nuit précédente – revient régulièrement dans la fiction policière, au cinéma comme en littérature, et a permis la production de quelques chefs d'oeuvre. « Memento » de Christopher Nolan côté 7ème art, et « Bone » de George Chesbro pour les romans, par exemple, sont de ceux-là. Il serait prématuré de ranger ce premier album de Jérôme Lerpinière dans la même catégorie, mais force est de constater que « Black Out » est une réussite de premier ordre. L'histoire de Norma, jeune femme manipulée par un couple lui-même jouet de forces extérieures, tient en haleine de bout en bout, et à partir du moment où la jeune femme est prise dans l'engrenage, il est impossible de lâcher l'album. C'est aussi grâce au style graphique de l'auteur : des planches en noir et blanc, où règnent les ombres, où les décors flirtent parfois avec l'expressionnisme du cinéma allemand et où les personnages sont tout en rondeurs et aux têtes disproportionnées. Il se dégage de tout cela une atmosphère d'étrangeté assez fascinante, assez bien symbolisée par la couverture de l'album d'ailleurs... « Black out » est une bande dessinée originale qui sort vraiment des sentiers battus. .

Black Out
Texte et dessin de Jérôme Lerpinière
Sarbacane, 2012 – 128 pages noir et blanc – 17,90 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire