Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 2 janvier 2022

Mes albums préférés de l’année 2021 [1/4] – Dernier souffle / Empire Falls Building (Soleil) / Pulp / Un été Cruel / Reckless / Intégrale Stray Bullets 4 (Delcourt)

 Bon, je sais : Bédépolar est resté silencieux de longs mois… mais son tenancier (oui, moi) n’en a pas moins lu d’excellents albums et voici, en quatre étapes et sous forme de tour du monde, un retour sur les plus marquants de feue 2021. Point de départ du périple : les Etat-Unis. Hey ho let’s go !

Et pourquoi ne pas commencer par un western, mmm ?  Dernier souffle  de Thierry Martin en est un tout à fait original dans sa forme : entièrement muet, composé d’une seule case par page, dans un format à l’italienne, cet album a été imaginé et dessiné au jour le jour, d’abord sur le compte instagram de l’auteur pendant 8 mois, avant d’être publié en version papier.

Thierry Martin ne connaissait pas l’issue finale au moment où il s’est lancé dans ce défi, et il s’est retrouvé embarqué, comme nous le sommes, par ce personnage qui apparaît dès la première page : une silhouette de cow-boy, au coeur d’une forêt enneigée, et qui avance, fusil à la main. Bientôt l’homme en retrouve un autre, et on comprend vite qu’il s’agit d’une traque, d’une chasse à l’homme, qui va s’étendre sur 222 pages. On ne sait rien de ce héros – et en est-ce vraiment un ? - mais petit à petit son histoire se révèle, et on va apprendre ce qui l’a conduit dans cette forêt où, de rencontres en rebondissements, son destin va se forger….

Et c’est formidable ! Car non seulement Thierry Martin réussit à nous embarquer dans ce destin, mais il utilise vraiment toutes les ressources du cadrage pour donner un rythme haletant et dynamique à son récit. Il n’hésite pas non plus à jouer avec ses propres images, en faisant varier juste un élément de son dessin pour transporter le lecteur ailleurs, à la page suivante. Comme dans ces deux pages où sur la première, le cou massif d’un personnage occupe les trois quarts de l’image, et sur la seconde, ce même cou, dans les mêmes proportions est là un tronc d’arbre en pleine forêt... vrai jeu oulipien ! Des inventions de ce type sont certainement nombreuses et incitent à recommencer sa lecture pour en découvrir toutes les subtilités.

Recommencer car on est tellement pris par le suspense qu’on peut lire très vite ce « Dernier souffle », sans prendre le temps de reprendre le sien tellement le suspense est grand. Recommencer donc, pour se perdre dans les détails du dessin, magnifique en noir, blanc et bleu nuit. Pour cette réédition bienvenue (première parution aux éditions Black and White en 2019), Soleil a soigné la finition de cet album, qui se présente sous un étui percé d’un trou,évoquant aussi bien le viseur du photographe que celui d’un chasseur.

Tout aussi soigné, Empire Falls Building, l’est également, et le lecteur est même prévenu (et intrigué ) par un autocollant sur la couv : « Récit dynamisé par des calques narratifs ». Et de fait, cette histoire sous-titrée « l’anatomie d’un vertige », bénéficie de quelques pages, choisies minutieusement, où le calque vient donner une dimension supplémentaire à l’impossible mission du héros, Edgard Whitman, un architecte chargé d’achever un fleuron de l’architecture, l’Empire Falls Building. Impossible car le commanditaire, l’ombrageux et fantasque milliardaire Miser Vassilian, a des exigences difficiles à saisir, que le timide Whitman peine à mettre en œuvre. Et puis, cet immeuble est si impressionnant, tant d’autres architectes y ont laisser leur empreinte. Sans oublier madame Vassilian, étrange et mélancolique belle femme qui semble prisonnière des lieux…. C’est un récit envoûtant que les auteurs ont mis en place, un véritable thriller psychologique, où l’architecture joue un rôle de révélateur des tourments de l’âme. Le dessin et les couleurs de Redolfi sont magnifiques, à la hauteur du défi du scénario de Deveney. Et comme Dernier souffle, c’est un très beau livre-objet, la forme étant ici entièrement au service du fond.

Deux albums parus dans l’excellente collection Noctambule de l’éditeur, celle de l’audace et de l’inventivité.

Et les Etats-Unis vu par les américains alors ? C’est encore et toujours sous la plume et le pinceau du duo Brubaker-Phillips qu’on trouve le meilleur du « Noir Polar » (comme ils disent là-bas). Pas moins de trois titres viennent le rappeler :

 Pulp se déroule dans le New-York des années 30 où le vieillissant Max Winter survit en dessinant des westerns où le « héros » ressemble fort à ce que Max était, jeune : un hors-la-loi avec Pinkerton aux trousses. Un boulot qui rapporte si peu que l’obsession de quitter cette terre sans rien laisser derrière lui pour celle qu’il aime le ronge tellement qu’il va ressortir les armes pour un dernier braquage… chez les sympathisants nazis locaux ! Un récit court et coup-de-poing.

Un été cruel est aussi une histoire de braquage, mais elle se déroule cinquante ans plus tard, et on y retrouve un des personnages de la série Criminal : Ricky Lawless, et son père Teeg. Tout tourne autour de ces deux personnages dans un récit époustouflant où il tout autant question d’amour que de rage entre les deux. Comme toujours, les histoires du duo marient à la perfection art du suspense et portraits psychologiques d’une grande finesse. Où très souvent, le passé des personnages leur explose à la figure, inéluctables bombes à retardement.

Et c’est encore le cas das  Reckless , écrit pendant la pandémie, où entre scène cette fois le dénommé Ethan Reckless, un type discret à qui on fait appel pour régler des problèmes que les autorités officielles ne pourraient résoudre. Sa petite affaire roule, quand arrive une « cliente » qui fait ressurgir les années où ils étaient main dans la main, étudiants activistes tendance radicale, jusqu’à ce qu’à un événement tragique mette fin à leur histoire. Que signifie ce retour ? Une fois de plus, on assiste à la course contre la montre d’un homme pris dans les roues d’un engrenage infernal. Et comme tous les albums de cette sélection : on ne le lâche pas avant la dernière page. 

 

Mais si Brubaker et Phillips ont construit une œuvre qui au fil du temps les a rendus incontournables , il ne faut pas oublier la plus grande série du Crime comics de tous les temps  : Stray Bullets. Chronologie narrative explosée, personnages aussi inquiets qu’inquiétants, sorties déroutantes de la ligne polar… Depuis 26 ans David Lapham travaille à son œuvre majeure, et Stray Bullets est réellement une série qui sort de l’ordinaire à tous les points de vue. Ce comics au très long cours, couronné dès 1996 du Eisner Award du meilleur auteur de l’année, fait depuis 2019 l’objet d’une publication intégrale aux éditions Delcourt, et le quatrième volume Sunshine and Roses, vient de paraître à la fin de l’année 2021. J’ai eu l’honneur d’en rédiger l’introduction, aussi, je ne m’étendrai pas plus ici si ce n’est pour vous rappeler que vous ne devez pas passer à côté de ce véritable chef d’oeuvre ! Ce n'est même pas un conseil : c'est un ordre ! 

Rompez, citoyens ! Et à dimanche prochain !

Judge Fredd


Dernier souffle, de Thierry Martin

Soleil - 218 pages - Collection Noctambule - 26 €

Empire Falls Building, de Jean-Christophe Deveney et Tommy Redolfi

Soleil - 112 pages – Collection Noctambule – 24,90 €

Pulp

Scénario Ed Brubaker, dessins Sean Phillips

Delcourt – 72 pages couleur – 13,50 €

Reckless

Scénario Ed Brubaker, dessins Sean Phillips

Delcourt – 144 pages couleur – 16,50 €

Un été criminel

Scénario Ed Brubaker, dessins Sean Phillips

Delcourt – 288 pages couleur – 29,95 €

Stray Bullets, intégrale 4 – Sunshine and Roses

Scénario : David et Maria Lapham – Dessin : David Lapham

Delcourt – 452 pages noir et blanc – 34,95 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire