Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 11 mai 2014

[Mangas] - L'Express des crimes de l'Orient (1) : Montage, J.Boy, La Tour Fantôme et Wet Moon

Le manga polar, ça existe ? Question saugrenue, je me remercie de me l'être posée... Non seulement cela existe, mais, qui plus est, on y trouve de véritables chef d'oeuvres, et qui embrassent toutes les sous-catégories du genre. Trois exemples, au hasard : Monster d'Urasawa (18 volumes) véritable thriller sur fond historique, Detective Conan d'Ayoma (plus de 80 volumes, série en cours...), hommage permanent à la littérature policière "classique", ou encore Death Note (13 volumes) qui lorgne lui vers le fantastique psychologique (ouais, ça aussi ça existe). Et voilà deux ans que je ne vous ai pas dit tout le bien que je pensais du polar made in Japan... Alors, comme je viens de lire une salve de mangas du meilleur goût, voici une raison de plus pour inaugurer cette rubrique au titre si finaud.

Le plus accessible au béotien demeure sans conteste l'excellent Montage, de Jun Watanabe (chez Kana). L'histoire, tout du moins son point de départ, est simple : Yamato Narumi, 18 ans, et Miku Odagari, 16 ans, se retrouvent au coeur d'une véritable chasse au trésor, les 300 millions de yens braqués en décembre 1968, et dont l'auteur n'a jamais été retrouvé. De ce fait divers authentique, Watanabe imagine que le père de Yamato est le braqueur, et que le fiston décide, 6 ans après qu'un un homme à l'agonie dans une ruelle lui ait soufflé cette terrible confidence, de vérifier si tout cela est vrai. Ce qui les entraîne, lui et son amie Miku, dans une cascade d'événements dont le plus spectaculaire - pour l'instant ! - demeure ce passage sur "Gunkanjima", la "ville sur la mer", une cité minière fermée en 1974, et laissée à l'abandon depuis (si vous avez vu "Skyfall", c'est aussi là que le méchant se dévoile à James Bond...). Ajoutez à cela une intrigue qui va crescendo dans la parano pour le héros (qui a tendance à ne vouloir faire confiance à personne) et le suspense (mais qui d'autre est au courant de toute l'affaire, bon sang !?) et vous avez une série vraiment prenante, au dessin précis et extrêmement lisible.

Un peu dans le même registre graphique, J.Boy, de Junichi Noujou, est un poil plus obscur au démarrage, question scénario. Sur une  île-prison, un jeune homme est coupé du quotidien des autres détenus. Même ses garde-chiourmes ne semblent pas trop savoir qui il est, et le directeur lui-même ne semble pas fâché d'avoir à le laisser partir, du moins, à ne pas trop regarder quand le "J.boy" s'échappe de sa cellule. Il ne va pas loin en fait, et se retrouve dans une salle... où l'attendent un billard et un homme, élégant et mystérieux. Ce dernier  n'exige qu'une seule chose : que le jeune homme frappe les boules de billard, une fois libéré de ses menottes. Ce qu'il fait, avec une agilité diabolique... Serait-il alors ce robot à forme humaine programmé à jouer au billard, pour le bon plaisir d'un parrain de la pègre ? Tel est donc le point de départ de ce manga en 6 volumes, où yakuzas et triades s'affrontent sur d'autres terrains que les rues sombres. Une vraie curiosité.

La tour fantôme, signé Taro Nogizaka (Glénat) est quant à lui un manga vraiment étrange. Je vous livre la quatrième de couv' telle quelle : "En 1952, une vieille femme fut retrouvée, les os brisés, attachée aux aiguilles du cadran d’une horloge au sommet d’une tour. Deux ans plus tard, Amano Taïchi est victime de la même agression, dans ce lieu qu’on surnomme désormais la “Tour fantôme”. Mais il est sauvé in extremis par Tetsuo, un garçon étrange en quête d’un trésor lié à l’inquiétante tour. L’appât du gain entraîne alors Amano dans une aventure aussi inattendue que dangereuse… ".
Cette histoire est en fait l'adaptation d'un roman de 1898, lui-même adapté plusieurs fois, y compris par le maître japonais du roman policier, Ranpo Edogawa. Cette version manga entraîne celui ou celle qui s'y plonge dans un univers assez trouble où le "héros" est un vrai trouillard (il faut dire qu'il y a de quoi, car la tour en question et ses événements sanguinolents sont flippants) et où son protecteur est en fait... une protectrice, dont le rôle demeure pour l'instant assez mystérieux. Pour les amateurs d'atmosphère lourde et tendue...

Les amateurs de franchement bizarre iront eux du côté de Wet Moon, d'Atushi Kaneko, auteur du remarqué - et non moins bizarroïde - Soil (Ankama). L'histoire se déroule dans le Japon des années 60. L'inspecteur Sata est à la recherche d'une femme accusée de meurtre. Mais il semblerait qu'un éclat de métal, fiché dans sa boîte crânienne, empêche le jeune policier de faire fonctionner sa tête de manière très rationnelle : assailli d'étranges visions, lunaires et pas loin d'être lunatiques, il ne sait plus trop où est la réalité, ni si la jeune femme qu'il a pris en chasse n'est pas elle non plus une chimère... Ce manga est qualifié par Casterman d''enquête policière haletante et hallucinée entre Charles Burns et David Lynch". C'est vrai : on ne comprend rien, mais c'est fascinant. Le tome deux vient de sortir, et avec le troisième tome, à paraître en octobre, la trilogie sera bouclée. Il sera alors temps de voir si Wet Moon est à la hauteur de Soil, mais là, il faut dire que c'est bien parti. 

Montage - 4 volumes parus (14 tomes, en cours au Japon) - Kana - 190 pages - 7,45 €
J.Boy - 2 volumes parus - (Série terminée en 6 tomes) -  Delcourt - 224 pages - 7,90 € 
La Tour fantôme - 2 volumes parus - (7 tomes, en cours au Japon) -  Glénat - 224 pages - 7,60 €
Wet moon - 2 volumes parus - (Série terminée en 3 tomes) - Casterman -  272 pages - 8,50 €

Couverture de J-Boy : J.BOY © 2002 Junichi NOUJOU / SHOGAKUKAN


Aucun commentaire:

Publier un commentaire