Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

mercredi 17 septembre 2014

[Splatch !] - Oceania boulevard, par Marco Galli (Ici Même)

Cela commence très fort : dans une métropole pas très riante, Pol Riviera, présentateur vedette de la télé, se jette du haut d'un immeuble, appartenant à la Zuppa SA, et s'écrase, 35 étages plus bas, sur le béton, certes, mais aussi sur Tong-Tong, musicien de rue en train de jouer de la guitare devant les badauds. Eclaboussures écarlates pour tout le monde... et entrée en scène de l'inspecteur Mortenson, un flic dépressif et taciturne. Et ce qui commence comme un polar des plus traditionnels, va petit à petit se transformer en un voyage bizarroïde, dans une ville d'un glauque achevé, et friser avec un fantastique à la David Lynch, période Twin Peaks. Pas moins !
 
Ce scénario, déjà prenant, l'est encore plus grâce à la technique employé par Marco Galli, un dessinateur italien dont c'est ici la première traduction en France. Pour raconter son histoire il a pris le parti de planches toutes construites sur le même modèle : deux grandes cases par page (l'album est au format roman), avec le texte au dessus, ou en dessous, mais quasiment jamais dans les traditionnelles bulles (ou phylactères pour les puristes), y compris pour les dialogues. Et tout cela sur fond noir, ce qui donne aussi une impression de récit filmé. "Oceania boulevard" fourmille de trouvailles graphiques et narratives de ce genre, et c'est une vraie découverte, chez un éditeur qui ne manque pas d'audace. Je vais vous faire une confidence : c'est une des rares fois où l'expression "roman graphique" ne me semble pas de l'usurpation. En tous cas, si vous êtes revenu de tout, et que plus rien ne vous surprend, arpentez-donc cet Oceania Boulevard, vous n'allez pas être déçu du voyage... et gare au freak au coin de la rue !
 
Oceania Boulevard
Texte et dessin de Marco Galli
Ici Même, 2014 - 52 pages couleurs - 24 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire