Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

mercredi 25 octobre 2017

[Pravda America] – No Body, Saison 1, de Christian de Metter (Soleil / Noctambule) ****


 « Même si c’est un détenu plutôt calme, gardez toujours à l’esprit qu’il est potentiellement extrêmement dangereux ». Tels sont les premiers mots du directeur de la prison du Montana en guise de bienvenue à Beatriz Brennan, jeune femme en mission spéciale dans cet établissement. Envoyée par le tribunal, en qualité d’experte psychologue, elle est chargée de rencontrer un détenu d’une soixantaine d’années, incarcéré pour le meurtre d’un ex-coéquipier. Meurtre dont les sanglantes évidences sur les lieux du crime pointent sans aucun doute possible vers cet ancien flic, qui s’accuse du reste sans ambiguïté de l’assassinat de son collègue, et attend stoïquement son exécution. Or, le doute subsiste sur la réelle culpabilité de cet homme, et l’objet principal des entretiens avec Beatriz Brennan est bien là : faire la jaillir la vérité sur cette affaire étrange de la bouche de cet homme non moins étrange...

Conçu d’emblée, dans sa forme, comme une série TV – nous sommes ici dans la saison 1 – trois des quatre épisodes prévus sont sortis depuis octobre 2016, et l’épilogue est à venir pour le début 2018. La sortie, ce mois-ci, du troisième opus « Entre le ciel et l’enfer » est l’occasion de revenir sur l’ensemble et de l’affirmer tout de suite : No Body est passionnant ! L’idée centrale en a été bien définie par Christian De Metter lui-même :
« Le titre No Body, joue sur le double sens d’un point de vue phonétique. Cela signifie « pas de corps » mais on peut également entendre « personne ». Le thème de l’identité est assez récurrent dans mon travail. Là encore, il est central. Je parle d’un homme qui a vécu comme agent infiltré pour le compte du FBI et qui, de mission en mission, doit incarner des personnages au point de perdre, ou plutôt de ne jamais trouver qui il est réellement... » 
 
Et c’est tout l’histoire, pleine de faux-semblants et de vrais coups tordus, de cet homme torturé que nous découvrons au fil des albums, avec un suspense, une tension qui vont crescendo au fil des révélations qu’il veut bien consentir à la jeune psychologue qui a su gagner sa confiance. Dans le premier épisode « Soldat inconnu », on le découvre tout jeune, au coeur de «Cointelpro », le programme – authentique – d’infiltration des mouvements politiques dissidents mis en place par Hoover. Une première mission qui va – déjà – laisser des séquelles. Dans « Rouler avec le diable », il a une nouvelle mission, encore plus dangereuse : se faire accepter par une horde de bikers ultra-violents, les Napalm’s soldiers. Une fois de plus, il va en être marqué de façon indélébile. Et nous voici à cet épisode trois « Entre le ciel et l’enfer », où, redevenu simple flic, il enquête, en 1987, sur le meurtre d’une petite fille retrouvée en pleine forêt. Un meurtre qui selon lui n’est pas isolé, et pourrait le fait d’un serial-killer. Une idée que ne partage pas vraiment Sarah, sa coéquipière d’alors. Mais qu’Anne, profileuse dépêchée sur l’enquête, juge elle plus que probable. Deux femmes qui vont à nouveau marquer au fer rouge la vie du détenu modèle de la prison du Montana…

Pour ce troisième tome, on pense immédiatement à « True Detective » - ne serait-ce que parce que le personnage principal a un air de faux-frère avec un des deux flics de cet excellent premier épisode de la série – ce qui n’est pas faire injure à Christian De Metter, qui est justement allé voir du côté des meilleures séries du genre, « pour en faire quelque chose à sa sauce ». Et la sauce a bien pris, c’est le moins qu’on puisse dire… La construction narrative, qui dévoile l’ensemble du récit par touches successives, par flashbacks, est d’une grande force. Mêlant l’histoire intime de ses personnages – car si le détenu parle de sa vie, son interlocutrice se dévoile elle aussi… - à celle, officielle ou passée dans l’imaginaire collectif, des Etats-Unis, De Metter happe son lecteur dès le début, et maintient toute son attention sans jamais le faire décrocher. Son dessin, toujours aussi précis, fin, très réaliste est en adéquation totale avec son sujet. Les couvertures sont des modèles du genre : l’inconnu « héros » de No Body y apparaît au fil de ses années-charnières, avec deux silhouettes, dominatrices, dans l’ombre, pour les deux premiers épisodes. A la troisième, une forêt – pourtant tragique – semble lui donner un regain de sérénité. Retrouvera-t-il toute la lumière dans l’épisode final ? Rendez-vous en avril 2018 pour l’épilogue de cet excellente série, qui vient d’être couronnée par le prix de la meilleure série francophone de BD « Polar » à la 22ème édition du Festival de Cognac
 


No Body ****
Scénario et dessin Christian De Metter
Soleil, 2016-2017– Collection Noctambule
74 pages couleurs et 15,95 € chaque tome

1 - Soldat inconnu
2 – Rouler avec le diable
3 - Entre le Ciel et l’enfer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire