Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 7 février 2021

[Trio de choc] – Atom Agency 2 : Petit Hanneton, par Yann et Schwartz (Dupuis)

 

Le tome 1 de l’Atom Agency  «  Les Bijoux de la Begum » avait vu la naissance d’une équipe d’enquêteurs composée du fringuant Atom Vercorian, fils d’un commissaire parigot-arménien, de sa sémillante assistante Mimi Pinçon, et de Joseph Villain, alias Jojo-La-Toupie, catcheur rangé des rings, mais toujours affûté sous ses costumes trois pièces.

Un trio de choc qui n’est évidemment pas sans en rappeler un autre, bien connu des amateurs de polar en général et des fans de Tillieux en particulier : Gil Jourdan / Queue-de-cerise / Libellule. Un hommage d’autant plus assumé que les enquêtes de l’Atom Agency se déroulent dans les années 50, et qu’on y retrouve la même ambiance que dans les albums de Tillieux… avec la patte Yann, et la ligne claire dynamique dOlivier Scwhartz.

 

Dans ce deuxième opus, Atom est chargé de retrouver Annette, alias Petit Hanneton, ambulancière intrépide de la 2ème DB, véritable héroïne de guerre, comme pourrait en témoigner le père dAtom… C’est d’ailleurs à lui que s’adresse d’abord un camarade de front pour la chasse au Petit Hannneton, mais le désormais commissaire est sur la piste de René la Canne, insaisissable ennemi public numéro 1 du moment. L’agence entre donc en piste, dans une histoire qui n’est pas du cinéma, même si deux Jean vedettes de l’époque sont de la partie : Gabin et Marais… Rien que ça ! Sans oublier la diaspora arménienne en pleine cérémonie de l’Agra Hadig du fils du cousin Chanouk Berberian d’Atom. C’est dire si le cocktail est corsé !

Et bien voici un épisode tout aussi mouvementé que le précédent, avec un petit côté glamour en plus, et un aspect « historique » plus prononcé puisque l’ancrage de l’intrigue trouve son origine à la fin de la seconde guerre mondiale. Cela donne un épisode légèrement moins polar que le précédent, mais tout aussi plaisant à suivre, avec notamment cette immersion dans les traditions arméniennes qui permettent aussi à Yann d’assouvir son goût immodéré et légendaire des bons mots. Quant à Schwartz, ce n’est vraiment pas lui faire offense que de voir en lui le digne héritier de Chaland, notamment lorsqu’il dessine ces grandes cases où se croisent des foules de personnages, et où l’oeil se perd avec délices dans les poses et attitudes de chacun d’entre eux. Et d'ailleurs pour prolonger le plaisir, faites donc un petit tour au Club des amis du dessinateur, vraiment sympa.

L’album s’arrête sur une promesse d’une enquête qui s’annonce plus compliquée pour la famille Vercorian, et où le paternel semble être plus intimement lié… Retour annoncé d’un récit plus sombre ?


 

Atom Agency   – Petit Hanneton ***

Scénario Yann et dessin Olivier Schwartz

Dupuis, 2020 – 56 pages couleurs – 15,95 €

 

Et aussi : Tome 1 - Les Millions de la Begum****

Dupuis, 2018 - 56 pages couleurs - 15,95 €

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire