Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 15 janvier 2012

[Chronique] - Rouge est ma couleur, deuxième version

David Nolane et Carl Weissner sont flics à Barbès, membres de la section des stups du 18ème arrondissement. Au cours d'un flag, Weissner se fait descendre, ce qui n'est pas bon du tout pour le moral de Nolane, qui était son coéquipier depuis des années. C'est presque au même moment que Zoé, sa fille toxicomane, fait son retour au bercail familial : elle a trouvé une salle pour reprendre la musique, la batterie, et elle espère enfin lâcher la dope définitivement grâce à cela, et à sa participation aux réunions des ex-camés de l'association « La Porte Magique ». Mais le patron de l'Utopia ne la laissera jouer dans sa salle qu'en échange d'un marché dangereux : remplacer un de ses dealers défaillants pendant un mois. Zoé accepte, en cachant l'affaire à son père, qui lui, commence à remonter la piste des tueurs de Weissner. Père et fille ne vont pas tarder à se retrouver...

Rouge est ma couleur est une histoire sombre et magnifique, et on y retrouve la quintessence des thèmes villardiens : la ville, la nuit, la musique, les âmes perdues, la vengeance. Chauzy, auteur dont le style était fait pour rencontrer les univers de Marc Villard, a entièrement repris l'adaptation de ce roman, publiée une première fois par Casterman en 1995 dans la collection « Un monde », en grand format. Cette nouvelle version trouve sa place dans « Rivages Casterman Noir », où les adaptations sont plus denses, et plus proches des romans et il est très intéressant de comparer les deux versions graphiques de ce même roman. Déjà, la réédition compte 27 pages supplémentaires (82 contre 55 pour la précédente), et cette pagination plus longue permet au dessinateur de s'attarder plus sur certaines scènes, ou d'en inclure des nouvelles. Chauzy n'a pas redessiné tout l'album, mais intégré ces scènes dans les planches existantes, un travail certainement délicat, mais qui a été mené sans dommage pour la narration. Un petit exemple.















Il faut ajouter que l'album ne
souffre absolument du changement de format : les cases de Chauzy étaient assez grandes dans la première version, et la réduction des planches n'entraîne aucune difficulté de lecture, comme on aurait pu le craindre par exemple pour le lettrage.
Alors, en conclusion, au-delà de l'intérêt de ces remaniements, Rouge est ma couleur, deuxième titre du duo après La Guitare de Bo Didley , a toute sa place dans la collection car elle est l'oeuvre d'un de nos romanciers les plus sensibles aux interactions entre textes noirs et bande dessinée, et il participe lui-même à l'écriture des adaptations de ses romans. Même si vous aviez déjà la première édition, n'hésitez pas à lire celle-ci, elle lui est supérieure.

Rouge est ma couleur
Texte Marc Villard et dessin Jean-Christophe Chauzy
Casterman, 2011 – 112 pages couleurs – Collection Rivages Casterman Noir



Le roman est disponible aux éditions Rivages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire