Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

samedi 7 décembre 2013

[Conan Doyle revisité] - Scotland Yard 1 et 2, par Dobbs et Perger (Soleil)

Londres, 1890. Au cours d'un transfert de prisonniers, supervisé par le talentueux inspecteur Tobias Gregson, deux détenus particulièrement dangereux, car particulièrement dérangés du cerveau, se font la belle. Coup dur supplémentaire pour Gregson : son fidèle second, Bradstreet, n'a pas survécu au guet-apens qui a permis l'évasion des deux aliénés mentaux. Et pour achever définitivement Gregson, son supérieur, Lestrade, lui conseille de démissionner et de ne plus mettre les pieds au Yard... Mais Gregson ne se laisse pas abattre comme cela et va tout faire pour retrouver les deux évadés. Il est secondé dans cette quête quasi impossible par une étrange équipe composée du docteur Seward, psychiatre, de 
Faustine Clerval, son assistante au charme troublant, et de Wiggins, un gamin des rues, qui eut autrefois un autre patron : Sherlock Holmes. Ils ne seront pas de trop pour une traque qui va les conduire aux confins de la folie humaine... 

Vous l'aurez compris, ce Scotland Yard-là est bourré de références et clins d'oeil aux figures légendaires de l'âge d'or du roman policier anglais. On retrouve ainsi des personnages qui firent la renommée de Conan Doyle, comme Wiggins ou Lestrade, dans une histoire qu'il n'aurait certainement pas reniée. Pour faire bonne mesure, Dobbs convoque même Bram Stoker, en observateur de l'enquête menée par Gregson et son trio de choc : tout cela est jubilatoire, d'autant plus que le scénario, avec ses deux chasses à l'homme successives, une par tome, fonctionne très bien et va crescendo vers une certaine forme de terreur. Car il y a aussi un petit côté fantastique, dans ce diptyque, et c'est en fait toute la collection "1800" qui revisite ainsi sous cet angle les classiques de la littératures du XIXème. Et si Scotland Yard fait certainement partie des meilleurs titres de "1800", c'est sans aucun doute possible aussi grâce aux superbes planches de Stéphane Perger (son blog ici) qui sait faire surgir l'inquiétude à tout moment. Le dessinateur allie à un sens du cadrage faisant réellement écho au scénario, une palette de couleurs idéale pour restituer l'atmosphère poisseuse des bas-fonds londoniens, la moiteur d'une cave abandonnée, ou encore les souvenirs terrifiés d'un jeune garçon persécuté. Perger s'autorise des débordements de cases, des doubles planches, qui font tous sens, et c'est un vrai régal pour l'oeil. On ne sait, à la fin du second tome, si on retrouvera Tobias Gregson et ses acolytes, mais ce qui est certain, c'est qu'ils mériteraient une plus longue carrière que cette première affaire, vraiment intéressante.

Scotland Yard
Scénario Dobbs et dessin Stéphane Perger
1- Au coeur des Ténèbres
Soleil, 2012 - 56 pages couleurs – Collection Quadrants / Boussole
13,95 €
2 - Poupées de sang
Soleil, 2013 - 56 pages couleurs – Collection Quadrants / Boussole
13,95 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire