Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

dimanche 27 novembre 2016

[PRIX] - Le Trophée 813 de la Bande Dessinée 2016 à Pierre-Henry GOMONT pour les " Nuits de Saturne"

Dimanche dernier, au coeur du festival "Noir sur la Ville" de Lamballe - qui fêtait ses vingt ans, édition mémorable ! - l'association 813 des amis des littératures policières décernait ses célèbres Trophées. Et pour la bande dessinée, les adhérent-e-s ont porté en tête de leur suffrage, "Les Nuits de Saturne", de Pierre-Henry Gomont, aux éditions Sarbacane. Un album qui devance "Tungstène", "Tyler Cross 2", "Trou de mémoire 1" et "Men of Wrath". 

 
Photo par Mister Jack, de la Noir'ôde.
 Les Nuits de Saturne est une magnifique adaptation du roman de Marcus Malte, Carnage Constellation. Et pourtant, mettre en images l'histoire d'amour lumineuse entre Clovis, braqueur déchu, et Césaria, jeune homme en talons aiguilles, le pari était osé, voire risqué. Mais le dessinateur s'en est admirablement bien tiré, et le voici auréolé d'un deuxième prix dans le polar après Rouge Kharma, prix SNCF polar BD en 2015. Pierre-Henry Gomont n'a pu venir depuis Bruxelles pour recevoir son Trophée, mais il avait envoyé un message, que je vous livre ici in-extenso.

"Bonjour à tous,
je vous remercie infiniment du prix que vous venez d’accorder à cette bande dessinée. Je ne peux malheureusement être avec vous pour fêter cela, mais
ce n’est que partie remise je vous le promets. Je suis particulièrement heureux que ce prix aille aux « Nuits de Saturne », parce qu’il a marqué une rupture dans mon travail. J’ai raconté les choses d’une manière qui, enfin, parvenait à me satisfaire. C’est curieux, me direz-vous, parce que c’est une adaptation, l’adaptation d’un roman de Marcus Malte, récent lauréat d’un autre Prix littéraire. Mais adapter un roman, le mettre en pièces et le remonter avec les outils propres à la bande-dessinée, c’est une démarche périlleuse. Et elle ne parvient à ses fins que si le besoin d’adapter et de raconter cette histoire-là est intime.

Le roman de Marcus Malte, par l’originalité - et l’évidence- de l’histoire d’amour qu’il met en scène a provoqué cela en moi. Il en a résulté un ouvrage et un propos qui diffèrent sensiblement du récit original, mais cela n’a pas d’importance. Le processus d’adaptation doit être vu comme une liberté, et non comme une contrainte. Il faut retrouver le coeur de ce qui nous a touché dans un roman, pour le reprendre et le restituer à sa manière, avec sa propre grammaire, cette chose un peu bizarre et hybride qui appartient à la BD. Peu importe qu’il y ait des différences, des décalages, car le prisme de la fidélité est rarement le bon pour juger d’une adaptation.
Pour cela, il faut remercier Marcus Malte : la liberté, il me l’a accordée avec générosité, et en confiance. Quelques question préliminaires sur l’angle et l’intention générale que j’envisageais à l’époque , et il me donnait le champ libre.
Il faut aussi remercier Frédéric Lavabre, mon éditeur chez Sarbacane. Ils sont peu nombreux ceux qui, comme lui, savent vous donner la liberté dont vous avez besoin, mais restent exigeants, jamais complaisants, et posent les questions qu’il faut pour vous faire aller plus loin. La rencontre avec Frédéric a changé ma façon d’aborder mon métier, je ne le remercierai jamais assez.
Une dernière chose : je le dis à la fin parce que c’est le plus important. Ce prix est pour Loïcka, la femme qui m’accompagne depuis 13 ans. Si je fais ces livres, ce n’est que pour lui plaire et sans elle, il n’y aurait rien de tout cela. Aujourd’hui, le 20 novembre, est le jour de son anniversaire : nous le fêterons dignement et aurons une pensée pour vous. A très bientôt ! "

Les autres Trophées de l'association, ont récompensé Christian Roux, pour son roman "Adieu Lili Marleen" (Rivages), Jo Nesbo pour "Le Fils" (Gallimard) et Franck Lhommeau et Alban Cerisier pour leur ouvrages "C'est l'histoire de la Série Noire" (Gallimard). Un petit tour sur le blog de 813vous donnera une petite idée de l'ambiance de la cérémonie.

Bravo en tous cas aux éditions Sarbacane, qui proposent pas mal de polars à leur catalogue, et qui ont avec ce Trophée une nouvelle récompense pour leur travail sur le Noir. 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire