Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

mardi 4 février 2014

[Collector] - Dur à cuire, un hommage distingué de Gérard Auclin (Hoochie Coochie)

Petite soirée entre amis. Dans le salon, on se laisse un peu aller : allongé sur le dos, la chemise ouverte sur une bedaine rebondie, un homme ouvre un large bec, où le vin coule directement du cubi tenu par une invitée en bas résille. Adossé à un mur, sous une affiche de Grosdada, un autre cuve, en ronflant, une bouteille vide et un verre renversé à ses côtés. Sur le canapé, un troisième convive, stoïque, ne semble pas prêter attention à son voisin, qui a baissé son froc à demi et s'apprête à donner un happening qui s'annonce spectaculaire et odorant. Et au premier plan la maîtresse de maison, Marie, apparemment pas gênée par le spectacle environnant, appelle un dénommé Victor, qui n'est autre que son homme. Mais Victor ne répond pas, car il est occupé aux toilettes avec une blonde à genoux à ses pieds, très désireuse de lui faire plaisir. Semble-t-il. Victor n'a pas l'air contre cet enthousiasme et, pris par sa fougue lors d'un changement de position judicieux, il pose le pied sur le couvercle des WC. C'est le début des emmerdements : sa jambe passe au travers du couvercle et il se trouve coincé.... Quelques mouvements risqués plus tard, il tombe en fracassant la porte des chiottes et se retrouve par terre, devant tout le monde, le pied toujours pris dans le couvercle jacobin-delafoniste. La journée va être longue pour Victor Anthracite...

Bon, je vous préviens : c'est comme ça jusqu'au bout. Car après cet épisode initial, notre héros va être entraîné dans un tourbillon d'événements qu'il peinera à maîtriser. Voire qu'il subira sans vergogne. Il croisera la route de petites frappes, trouvera un sac plein de fric, n'en profitera pas beaucoup, fera connaissance avec un âne (un vrai, pas un couillon comme lui) et, et, et... j'arrête là la description de la tragique destinée de Victor Anthracite, personnage central de ce pastiche de série noire écrit et dessiné par Gérald Auclin. En 75 pages au petit format (avec 3 ou 4 cases par page), sous jaquette imitant la célèbre collection de Gallimard, l'auteur nous livre un petit bijou de grand n'importe quoi. Le style graphique est pour le moins sobre, sans chichi, et les ingrédients du récit sont du fric, du cul, des flingues (un peu) et des abrutis (pas mal). Franchement, c'est assez roboratif : si vous êtes déprimé et tout mou, lisez-donc "Dur-à-cuire"; ça donne la pêche. Mais ne trainez pas : ce collector en puissance a été tiré à 50 exemplaires (numérotés je vous prie) et j'imagine qu'il ne court pas les rues. Je l'ai trouvé à Angoulême sur le stand des éditions "Hoochie Coochie", et le mieux est encore de passer par le blog de la maison mère, juste ici.

Une maison sérieuse, la preuve, elle s'apprête à rééditer l'album de Mokeït "La chute vers le haut", un petit chef-d'oeuvre paru en 1987 dans la collection "X" de Futuropolis.


Dur-à-cuire
Scénario et dessin Gérarld Auclin
The Hoochie Coochie, 2014 –75 pages noir et blanc - 9 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire