Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

samedi 29 novembre 2014

[Apparition des Surhommes] - Wonderball 1 - Le Chasseur (Pécau, Duval et Wilson)

San Francisco, août 1983. L'inspecteur Spadaccini a du pain sur la planche : 9 personnes exécutées en pleine rue, en moins de 10 secondes, par un tireur isolé... et pour le moins habile et rapide. L'endroit où était placé le tueur, un toit en terrasse offrant une vue imprenable et un angle de tir parfait, est vite identifié par l'inspecteur, qui découvre aussi sur place, la signature du sniper : 9 douilles disposées pour former un signe qu'il ne déchiffre pas tout de suite. Mais les douilles elles, parlent immédiatement à Spadacinni : le fusil qui a servi au massacre est un Carcano, le même que celui utilisé par Lee Harvey Oswald. S'il en est sûr, c'est parce qu'il était là, 20 ans plus tôt, en novembre 1963, à Dallas, et qu'il faisait partie du service de sécurité qui n'a pu empêcher l'assassinat de Kennedy. Commence alors pour "le flic le plus désaxé de la ville" - dixit le San Francisco Tribune - une enquête qui va le ramener vers un passé fait de projets scientifiques top secrets, dont les ratés éclatent au grand jour et risquent bien d'éclabousser beaucoup de monde s'ils sont dévoilés...
Pécau et Duval ont placé cette nouvelle série policière sous l'égide d'Antonio Gramsci, dont la citation "Un monde se meurt, un nouveau monde tarde à apparaître... Dans ce clair-obscur apparaissent les monstres". Une citation que Colin Wilson illustre dès la première planche, où est également donnée la clé du surnom de Spadacinni : Wonderball (en fait, l'équivalent américain des Kinder Surprise, avec leur jouet à l'intérieur). Bon, ce démarrage n'annonce, bien sûr, par un roman graphique sur la vie du fondateur du Parti Communiste italien que fut Gramsci, mais bien un polar qui joue intelligemment avec un épisode de l'Histoire universelle, l'assassinat de Kennedy, bien présent dans la mémoire collective. Pécau et Duval, en fans du Dirty Harry d'Eastwood, ou du Bullit campé par McQueen, ont choisi d'envoyer au feu un inspecteur du même acabit, un peu tête brûlée, toujours à la marge de la légalité, et ont introduit un élément cher aux adeptes de la théorie du complot : un secret pour lequel les grands moyens sont mis en oeuvre pour qu'il le demeure. Le tout est donc dessiné par Colin Wilson, parfait pour ce genre d'histoire, en tous cas l'homme de la situation pour restituer les ambiances d'époque. Cela donne un premier tome réussi, avec un final en cliffhanger, of course...

Wonderball - 1 : Le Chasseur ***
Scénario Fred Duval et Jean-Pierre Pécau - Dessin Colin Wlison
Delcourt, 2014 – 56 pages couleur – (Série B)
14,50 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire