Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

vendredi 8 janvier 2010

District 77, tome 2 - Furiani vendetta (2008)

Après l'agent Lili Lafayette, limogée au bout de trois jours de service au district 77, c'est au tour d'un autre acteur de faire son entrée en scène : Tony Furiani, petite frappe se donnant des airs de caïd, dont l'ambition du moment se borne à récupérer le contrôle du « Bunnies Bar », boîte à streap-teases... Une question d'honneur, pour Furiani. Mais qui va tout de même vite l'amener à se retrouver face au Big Boss, cet homme puissant et mystérieux – et pour l'instant dans le coma – à l'origine du limogeage de Lili. La confrontation entre les gangs mafieux – flics pourris au milieu – va laisser pas mal de monde sur le carreau...

Centré sur le personnage de Furiani, cet épisode laisse un peu en retrait celui de Lili, pour s'attarder sur la vendetta annoncée en titre. On en apprend un plus aussi sur la personnalité du Big Boss, et la dimension fantastique de la série s'en trouve accentuée. Mais on reste dans le ton du premier opus, et cette deuxième tranche de vie du district 77 est spectaculaire et rythmée. Lili Lafayette, perdue dans ses états d'âme, refait surface petit à petit, et apporte la touche d'humanité à cette sombre histoire. Dugand et Denys continuent à apporter le vent d'un certain renouveau, et leur série a toutes les chances de séduire un public dépassant celui du cercle des amateurs de polar pur et dur.

District 77, tome 2 – Furiani vendetta
Scénario Jean-Philippe Dugand et dessin Denys
Le Lombard, 2008 – Collection Troisième Vague - 48 pages coul.– 10,40 €

[Chronique parue dans l'Ours Polar n°45/46, juin 2008]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire