Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

vendredi 8 janvier 2010

Léa Graslin 1 - Réveil sanglant (2008)

Léa Graslin est une ex-flic de choc reconvertie en détective privée, dans la ville de Bentown. Entre son assistant puceau et les affaires d'adultères, sa nouvelle vie n'est pas des plu trépidantes. Jusqu'à ce que la femme de son amant vienne à son cabinet, car elle a des soupçons sur la fidélité de son mari (vous suivez ?) : voilà une enquête un peu plus pimentée pour Léa, que la situation amuse. Tout va se corser un peu plus quand la jolie détective va être lancée malgré elle sur la piste d'un serial killer spécialisé dans le meurtre des lapins...

La petite famille des détectives anthropomorphiques s'agrandit : après Canardo et Blacksad, pour ne citer que les plus célèbres, voici donc Léa Graslin, dans un style graphique plus proche du second. Née de l'imagination d'un auteur Français, Julien Moca, et dessinée collectivement par le studio Ji'An, cette collaboration franco-chinoise est une première, pour un éditeur Xiao Pan, qui oeuvre d'arrache-pied pour la découverte de la bande dessinée chinoise. Ce premier volume est assez rondement mené, et si ce démarrage demeure assez classique dans son intrigue, il est un indéniable que le personnage central de Léa a encore bien des atouts à dévoiler et que les « satellites » qui gravitent autour d'elles peuvent devenir autre chose que des faire-valoirs. Il reste à tous à gagner un peu en épaisseur, mais ce premier essai est une réussite.

Léa Graslin, tome 1 - Réveil sanglant
Scénario Julien Moca et dessin Studio Ji'An
Xiao Pan, 2008. - 48 p. coul. - 12 €

[Chronique parue dans l'Ours Polar n°45/46, juin 2008]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire