Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

lundi 28 décembre 2009

Raj 1 - Les Disparus de la ville dorée (2007)

Le jeune Alexander Martin arrive à Bombay, et entre à l’Indian Political Service (IPS) sous les ordres de Sir William Laurence, qui lui rappelle d’emblée sa mission prioritaire : faire en sorte qu’aucun concurrent européen ne vienne marcher sur les plates-bandes de l’Honorable Compagnie des Indes… Mais plutôt qu’à des menaces sur l’hégémonie de l’Empire, c’est à de mystérieuses disparitions de notables, riches et blancs, que l’agent de l’IPS est confronté. Et alors que la police s’échine à mettre ces disparitions sur le dos d’un journaliste, et que ses supérieurs à l’IPS lui intiment l’ordre d’incriminer un innocent capitaine portugais, Martin n’en fait qu’à sa tête et se lance sur une autre piste… Solution au prochain épisode !

Ce nouveau héros créé par Conrad et Wilbur (alias Lucie) évolue dans un décor cher au duo, celui de l’Inde. Mais ce qui frappe immédiatement à la lecture de ce premier tome, c’est bien l’évolution du style graphique de Conrad pour cette série : plus épuré, parfois simplifié, les lecteurs du Piège Malais ou des Innommables pourront être déroutés par Raj, au point de se demander s’ils ont affaire au même dessinateur. Mais passée cette surprise, force est de constater que cette histoire est prenante, et les personnages vraiment intéressants. Le héros est idéaliste mais sait se faire discret, perspicace, et courageux… Un vrai héros quoi ! A côté de lui, son collègue Bullock, couard et égoïste, est une réussite dans son genre. Et puis il y a les femmes – que Conrad dessine toujours aussi magnifiquement – telle Ayesha, l’esclave affranchie, qui ont aussi leur mot à dire dans cette histoire. Au delà de l’enquête habilement menée, c’est aussi le début d’une résistance au colonisateur qui se fait jour. A ce titre, la posture déterminée d’Ayesha, au dos de l’album, répondant au flegmatique maintien à cheval des deux agents britanniques de la couverture symbolise bien ce combat à venir entre deux mondes. Mais Raj est avant tout une bonne BD d’aventures policières « dans la lignée du journal de Tintin », comme le précise avec justesse, et impertinence, l’autocollant apposé par Dargaud sur la couverture…

Raj, tome 1 - Les Disparus de la ville dorée
Scénario Wilbur et Conrad, dessin Conrad
Dargaud, 2007. – 48 p. coul. – 13 €

[Chronique parue dans l'Ours Polar n°41, mars 2007]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire