Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

jeudi 31 décembre 2009

Ce que le vent apporte (2007)

Russie, peu de temps après la Révolution d'octobre. Le jeune Alexandre, jeune médecin tout juste sorti des études, accepte, pour échapper à l'Okrana, les limiers du Tsar, la direction d'un hôpital dans une région du Nord dont il ignore tout. Persuadé de ne pouvoir assumer une telle responsabilité, ses doutes s'accentuent une fois sur place : il est tombé dans une région glaciale, dont les habitants se montrent immédiatement méfiants et superstitieux. Mais ce comportement est peut-être dicté par la mort violente de son prédecesseur, un vieux médecin assassiné dans des circonstances mystérieuses. Pour faire face à cette nouvelle vie qui s'annonce périlleuse, Alexandre n'aura pour toute aide que Csernia, une vieille cuisinière et Sviatoslav, un infirmier qui tourne vite de l'oeil et est souvent indisposé.

Excellent album ! Cette histoire commence comme du Boulgakov, depuis le personnage du jeune médecin jusqu'à l'épisode du sauvetage d'une enfant par trachéotomie, puis vire à la variation sur le conte russe. La galerie de personnages imaginée par Jaime Martin est haute en couleurs, sans jamais tomber dans la caricature. L'histoire qu'il développe est sensible, et son trait, d'une grande lisibilité, allié à des couleurs réussies, font de cet album oeuvre originale qui a également le mérite de se dérouler à une période de la Russie plus rarement mise en images qu'on ne le pense.

Ce que le vent apporte
Scénario et dessin Jaime Martin
Dupuis, 2007 – Collection Aire Libre – 72 pages couleur (14 €)

[Chronique parue dans l'Ours Polar n°44, décembre 2007]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire