Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

lundi 28 décembre 2009

Estelle 4 - Serial Killer (2007)

Dans le Paris de 1901, un mystérieux tueur aux aiguilles supprime les hommes un peu trop oublieux de leur fidélité, et se fait par ses meurtres le défenseur des femmes bafouées. Les premiers éléments de l’enquête du commissaire Frangette l’amènent à soupçonner Dominique Convard, riche patronne d’une thalasso, toute désignée selon lui comme tête de liste des suspectes en raison d’un passé qui ne peut que la conduire à vouer une haine aux hommes : la mère de cette jeune femme n’a-t-elle pas été conduite au suicide suite à l’inauguration ratée du parc Montsouris, un ratage que la gente masculine n’a pas manqué de lui faire payer ? Peu convaincue par l’évidence, et se sentant d’évidentes affinités avec cette ardente militante de la cause féministe, Estelle se lance à son tour à la chasse à l’homme aux aiguilles, aidée par Camille, le frère de Dominique. Et les masques qui tomberont dévoileront des visages surprenants…

L’avantage avec les histoires construites autour d’une intrigue policière dite « classique », et que celle-ci est bien menée, c’est que l’esprit a tout loisir de se laisser captiver par le contexte historique, l’ambiguïté des personnages ou encore la réalité sociale de l’époque. C’est bien ce qui se passe dans la série Estelle, et dans ce quatrième et hélas dernier album signé Maric, où le scénario, habile et haletant, permet d’apprécier encore plus les aventures à priori improbables d’une détective féministe du début du 20ème siècle. Car au final, que retient-on : la résolution d’un mystère soigneusement entretenu jusqu’au bout, ou le tableau de la condition des femmes une époque loin d’être belle pour elles ? Les deux… Sans oublier que tout cela est dessiné par un Manini au mieux de sa forme, qui restitue un Paris de belle facture. Estelle ? Une héroïne comme il manque encore un peu trop à la bande dessinée.

Estelle, tome 4 - Serial Killer
Scénario Raymond Maric et dessin Jack Manini
Carabas, 2007 - 48 p. coul. – 12,90 €

[Chronique parue dans l'Ours Polar n°41, mars 2007]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire