Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

mardi 29 décembre 2009

L'Inconnu (2007)

Parmi les maîtres de la bande dessinée italienne, Magnus est rarement cité par les lecteurs et fait un peu figure d’oublié. Sans doute son passé dans les fumetti neri, ces BD de poche bon marché pour adultes, et pour lesquels il créa avec Bunker deux classiques du genre, Kriminal et Satanik, y est-il pour quelque chose. Ce relatif oubli, Casterman contribue à le réparer en publiant cet « Inconnu », qui pour beaucoup sera certainement une vraie découverte. Cet album comporte trois chapitres, les deux derniers constituant une même histoire. Quelques heures avant l’aube met en scène un trafic d’armes en Afrique, auquel Unknow, aventurier européen un peu cynique, se retrouve mêlé. Il sortira seul survivant de la cascade d’événements qui vont émailler cet épisode. Place des trois abeilles et Morts à Rome ramènent Unknow à Rome, où il se retrouve chauffeur pour un évêque révolutionnaire d’Antigua. Un évêque que veulent éliminer des terroristes, au même endroit où doit exploser la voiture de la très belle épouse d’un richissime vieux qui n’en peut plus d’être cocufié… Vieillard aigri qu’un cambrioleur sur le retour projette de délester de sa fortune gardée dans sa villa, évidemment au même endroit et le même soir que l’élimination de l’évêque et l’explosion de la voiture… La nuit romaine va être plus que mouvementée. C’est dans cette histoire que tout le talent de Magnus apparaît : entrecroisement des situations, humour en filigrane, et personnages à profusion tous plus fascinants les uns que les autres. Et c’est bien par les personnages que Magnus a forgé son style immédiatement reconnaissable : délaissant volontiers les décors, il dessine hommes et femmes avec une aisance vertigineuse, le plus souvent dans des cadrages où les expressions des visages comme la peur, la surprise ou la douleur sont saisissantes. Le tout renforcé par un noir et blanc qui est aussi sa marque de fabrique. Un album inédit vraiment à ne pas rater.

L’Inconnu
Scénario et dessin : Magnus
Casterman, 2007 – 118 p. noir et blanc – 13,95 €

[Chronique parue dans l'Ours Polar n°42 - Juin 2007]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire