Ce blog est entièrement consacré au polar en cases. Essentiellement constitué de chroniques d'albums, vous y trouverez, de temps à autre, des brèves sur les festivals et des événements liés au genre ou des interviews d'auteurs.
Trois index sont là pour vous aider à retrouver les BD chroniquées dans ce blog : par genres, thèmes et éditeurs.
Vous pouvez aussi utiliser le moteur de recherche interne à ce blog.
Bonne balade dans le noir !

lundi 28 décembre 2009

Les Héros du peuple sont immortels : Mic Mac Adam

Quelle destinée que celle de Mic Mac Adam ! Apparu en 1978 dans les pages de Spirou, le jeune détective écossais, en kilt of course, a d’abord été le héros d’histoires étranges et humoristiques, où les créatures qu’il croisait sur son chemin provoquaient plus de sourires que de réels tremblements de peur : un dinoshomme cracheur de feu mais à la bonne bouille, un fantôme incapable de se souvenir de son texte, un « nabot maudit »… Sans compter les bourdes du suffisant Daydream, gaffeur et pétochard inspecteur de Scotland Yard. Pourtant, et c’est bien là tout le charme de cette série, André Benn réussissait dans le même temps à installer un certain climat d’angoisse dans ses planches. Et petit à petit, les intrigues de Desberg sont devenues plus inquiétantes, plus sombres, et les démons combattus par l’Ecossais nettement moins avenants. Dargaud propose une excellente réédition de ce Mic Mac Adam première période, en deux volumes à la présentation impeccable : épisodes dans l’ordre chronologique, reproduction de couvertures du magazine Spirou, intégration des contes de Desberg, préfaces de Pessis et Rivière replaçant parfaitement l’importance de la série… bref, une occasion unique de (re)découvrir un personnage hors-norme.
Seul petit regret : l’absence de l’aventure Les 5 miroirs, parue initialement chez Fleurus, mais on se consolera en lisant le quatrième tome des Nouvelles aventures de Mic Mac Adam, l’Amazone des ténèbres. Luc Brunschwig, au scénario depuis 2001, a fait évoluer le personnage vers un univers nettement plus grave, et entamé un cycle ayant pour cadre la première guerre mondiale, où humains et êtres fantastiques sont impliqués dans le conflit. Il faut lire l’ensemble des volumes pour apprécier cette histoire surprenante, qui prendra fin dans le cinquième tome. En tous cas, une seconde vie pour Mic Mac Adam tout à fait revigorante.

Mea culpa ! Moi qui déplorais dans un des derniers numéros de l’Ours, l’absence des Cinq miroirs dans les deux volumes parus l’an passé de cette très belle réédition des « Premières aventures de Mic Mac Adam », eh bien, pan sur le bec ! Dargaud avait bien entendu programmé cette ultime enquête signée du tandem Desberg et Benn pour figurer au sommaire du troisième et dernier volume, en compagnie de quatre autres histoires courtes d’excellente facture : Diableros, ou comment des drogues hallucinogènes permettent d’étranges transferts, Chantier macabre, ou comment deux vieilles nounous préparent amoureusement des petits dîners un peu spéciaux au cœur d’un quartier insalubre, Nocturne en cauchemar majeur ou comment un infirmier terrorise les internés d’un asile et Carnaval, ou comment un tueur veut absolument achevé un travail commencé vingt ans plus tôt. Quatre histoires qui donnent le frisson, juste assez longues – elles font entre 11 et 26 planches – pour servir d’apéritif aux Cinq miroirs, la dernière aventure, à l’issue cruelle, du détective en kilt. Agrémenté par quelques crayonnés et dessins pleine page, et conclu par une postface d’Alain de Kuyssche, ce troisième volume est à la hauteur des deux précédents et l’ensemble constitue un vrai hommage à un personnage un peu oublié. C’est le moment de le redécouvrir ; tout comme cet univers mystérieux et merveilleux unique, qu’avait su créer le duo Benn-Desberg dans cette première période de la vie de papier de Mic Mac Adam.

Mic Mac Adam - Intégrale : Le livre Noir (tome 1) - Le Livre de sang (tome 2) - Le livre de soufre (tome 3)
Scénario Stefan Desberg et dessin André Benn
Dargaud, 2005-2006 – 134 p. coul chaque volume - 16 €

L’Amazone des Ténèbres
Scénario Luc Brunschwig et dessin André Benn
Dargaud, 2006 - 48 p. coul. – 11 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire